BELGA

La moitié des coureurs du peloton n’arrive pas à boucler les fins de mois

D'après un sondage commandé par l’association flamande Sporta, et relayé jeudi par le quotidien Het Nieuwsblad, un cycliste sur cinq gagne moins de 2.000 euros brut par mois, en Belgique.

Au cours de ces derniers mois, Sporta a envoyé un questionnaire aux 147 coureurs cyclistes professionnels belges. Parmi eux, 89 ont répondu.

Une trentaine d’entre eux font partie d'une équipe du World Tour, soit la meilleure catégorie en cyclisme. Il s'agit de coureurs d'équipes telles que Lotto-Soudal et Deceuninck-Quick Step.

40 coureurs courent avec une équipe procontinentale (comme Sport Vlaanderen-Baloise) et une vingtaine avec une équipe continentale. Tous les niveaux de cyclisme professionnel sont donc bien représentés dans cette enquête.

Plus de la moitié des coureurs qui ont répondu à l’enquête indiquent qu'ils gagnent moins de 4.000 euros bruts par mois. Un cinquième gagne même moins de 2.000 euros bruts. Il y a bien sûr de grandes différences entre les différentes catégories d'équipes. Dans une équipe du World Tour, beaucoup de coureurs gagnent plus de 10.000 euros bruts. Mais dans une équipe d’une catégorie la plus basse, 60% des coureurs ne gagnent qu’entre 1.000 et 2.000 euros bruts.

Soit un monde de différence avec le football, où un joueur gagne en moyenne 30.000 euros par mois. Il n'est donc pas étonnant que quatre cyclistes sur dix disent avoir besoin des revenus de leur sponsor pour faire bouillir la marmite et vivre la famille, écrit le journal.

"Il n'y a tout simplement pas beaucoup d'argent à gagner dans le cyclisme", déclare Stijn Boeykens de Sporta. "Dans le football télévisé, l'argent afflue grâce aux recettes et à l'argent des transferts, mais le cyclisme ne dépend quasi que des sponsors. Et le peu d'argent qui arrive va surtout aux meilleurs coureurs."

Outre ce revenu modeste, la durée contractuelle limitée met également une pression sur le peloton. Ainsi, pas moins de 89% des coureurs ont un contrat d'une durée maximale de deux ans.