Recteurs d’université et grands-parents pour soutenir les jeunes pour le climat

Quelque 1.100 jeunes, accompagnés de grands-parents et soutenus par plusieurs recteurs d'université, ont à nouveau arpenté les rues de Bruxelles ce jeudi, pour secouer les autorités face au dérèglement climatique.

Si le mouvement tend à perdre haleine, la détermination des manifestants semble intacte pour cette 13è marche pour le climat. "Nous ne manifestons pas pour la hype, mais parce que nous avons un objectif", a martelé Anuna De Wever, figure emblématique du mouvement "Youth For Climate".

Fait notable ce jeudi, les recteurs de l'UCLouvain, Vincent Blondel, de l'université Saint-Louis, Pierre Jadoul, de l'UNamur, Naji Habra, de l'UGent, Rik Van de Walle, et de la VUB, Caroline Pauwels, ont pris la tête du cortège aux côtés des jeunes.

"Le débat doit tenir compte des preuves scientifiques. Celles-ci doivent nourrir les décisions politiques", a affirmé Rik Van de Walle, selon lui "il est très important de soutenir les jeunes, surtout pendant les vacances, et de les encourager à poursuivre leur mobilisation".

Dans la masse, des centaines d'élèves et d'étudiants, des familles et des grands-parents venus parfois avec leurs petits-enfants, brandissaient leurs traditionnels slogans et pancartes, défendant la vérité scientifique et réclamant des mesures urgentes contre les effets du réchauffement climatique. "Il s'agit de notre avenir", ont insisté Téa, Elise et Marie, à l'entame de la marche qui devait rejoindre la gare du Midi au départ de la gare du Nord, comme tous les jeudis depuis des semaines.

Le mouvement, qui avait réussi à drainer jusqu'à 35.000 jeunes à travers le pays au plus fort des grèves scolaires pour le climat, tend cependant à s'essouffler. Mais qu'ils soient des dizaines ou des milliers dans les rues, "peu importe, ce qui compte c'est qu'il y ait toujours des gens", ont estimé les trois adolescentes.

"C'était prévisible, mais ce qu'il faut retenir c'est ce que nous avons réussi à faire tous ensemble: conscientiser des milliers de jeunes et placer les défis écologiques au sommet de l'agenda politique", ont ajouté Maude et Julien, étudiants bruxellois habitués des rassemblements pour le climat.

Au terme de la manifestation, les recteurs ont félicité les jeunes, avant de les encourager à poursuivre leur mobilisation. "Il s'agit de l'avenir de l'humanité", a encore dit Rik Van de Walle (UGent). Il reste six semaines avant le scrutin du 26 mai et le collectif Youth For Climate entend bien continuer à "mettre la pression". "Nous espérons que les jeunes continueront à venir manifester", a conclu Anuna De Wever.