Asthme de l’enfant : un quart des cas en Belgique provoqué par la pollution de l’air

Un quart des enfants qui souffrent d’asthme ont contracté la maladie à cause de la pollution de l’air, et plus particulièrement celle liée au transport routier. Au niveau mondial, la Belgique est à la 9e place des pays connaissant le plus de cas d’enfants atteints d’asthme à cause du dioxyde d’azote (NO2).

D’après les chiffres publiés par le magazine médical britannique The Lancet, sur les 194 pays étudiés, seuls huit pays font pire que la Belgique, dont notamment la Corée du Sud, le Koweït et le Qatar. Notons que les chercheurs se sont basés sur des données enregistrées durant la période 2011-2012. L’étude a été menée par l’Université américaine George Washington auprès de jeunes asthmatiques âgés de moins de 18 ans.

"Nous vivons en Belgique dans un point chaud de pollution de l’air, et c’est évidemment lié à la densité de la population, à l’industrie, et principalement au trafic", explique Tim Nawrot, éco-épidémiologue de l’Université de Hasselt, au micro de la matinale de la VRT.

Les Pays-Bas, aussi, se trouvent parmi les mauvais élèves. "Le territoire au-dessus du Sambre et Meuse et celui du Randstad néerlandais (Utrecht, Amsterdam, La Haye et Rotterdam, ndlr), forment un pic de pollution au NO2", souligne dans le quotidien De Morgen Frans Fierens, directeur de la Cellule interrégionale de l’Environnement (CELINE). "C’est lié à la densité de la population, mais aussi tout de même parce que la Belgique est historiquement un pays du diesel", ajoute-t-il.

D’après les conclusions de l’étude de l’Université George Washington, à travers le monde, environ 11.000 personnes par jour deviennent asthmatiques à cause des émissions liées au trafic.