Standard-Anderlecht arrêté: la Pro League inflige une amende de 50.000 euros à Anderlecht

La rencontre de la 4e journée des playoffs I du championnat de Belgique entre le Standard et Anderlecht a été arrêtée définitivement par l'arbitre Erik Lambrechts, après une demi-heure de jeu, vendredi soir en raison de jets d'objets et de fumigènes sur le terrain. Le mécontentement venait du côté des supporters anderlechtois alors que le Standard menait 2 à 0. Anderlecht écope d'une amende de 50.000 euros.

La partie avait été interrompue déjà à deux reprises en raison de jets de fumigènes. Le Standard menait alors 2 à 0 grâce à Marin (22e) et Mpoku (30e) sur un penalty validé par le VAR, la vidéo assistance, menant à l'exclusion de Kara pour une deuxième carte jaune côté anderlechtois. Juste après le penalty, l'arbitre a arrêté la rencontre une troisième fois, et donc de façon définitive.

Le mécontentement est venu du côté des supporters anderlechtois qui ont continué à lancer des fumigènes malgré les appels au calme de leurs joueurs Sven Kums, le capitaine et Kara Mbodji en tête. Lorsque l'arbitre a renvoyé les deux équipes définitivement au vestiaire, le Standard menait donc 2 à 0 grâce à Razvan Marin (22e) et Paul-José Mpoku sur penalty (30e).

Anderlecht écope d'une amende

Le RSC Anderlecht devra verser une somme de 50.000 euros à la Pro League de football à la suite de l'arrêt définitif du classico contre le Standard. Le règlement intérieur prévoit en effet une amende de 25.000 euros en cas d'interruption temporaire d'un match. Dès que l'arbitre, comme vendredi soir à Sclessin, doit procéder à l'arrêt définitif, le club responsable se voit infliger une amende de 50.000 euros.

Au sein de la Pro League, il ne fait aucun doute que la responsabilité en incombe entièrement aux supporters d'Anderlecht. L'amende de 50.000 euros doit encore être confirmée par le conseil d'administration. Ce n'est qu'une formalité qui aura lieu lors de la session du vendredi 7 juin.

"La Pro League regrette la fin prématurée de la bataille sportive due à l'utilisation irresponsable de matériel pyrotechnique. Comme lors des appels précédents, la Pro League continue de souligner que l'équipement pyrotechnique est dangereux et présente des risques pour la sécurité de tous sur et autour du terrain", peut-on lire dans un communiqué de presse.

Verschueren "déçu" et "choqué"

Le nouvel homme fort du Sporting d'Anderlecht, Michael Verschueren s'est dit "déçu" et "choqué" par le comportement des supporters anderlechtois. "Cela n'a rien à voir avec le foot. Quand on est amateur de foot, fan d'un club, on doit accepter que l'on gagne des matches et que l'on perde des matches", a déclaré à chaud Michael Verschueren au micro de Proximus 11.

Quand on est fan d'un club, on doit accepter que l'on gagne des matches et que l'on perde des matches

Michael Verschueren, directeur sportif d'Anderlecht

"On a le droit d'exprimer sa déception mais pas de cette manière. Cela fait 40 ans que je suis dans le football. Tout le monde sait que cette saison est difficile. On a réagi en expliquant le pourquoi et le comment. Je ne comprends pas ce qui s'est passé. On va sans doute perdre 5-0 avec toutes les conséquences mais le fan de football n'a pas gagné."

Condamnations de Marc Coucke

"Autant je comprends votre insatisfaction au sujet de notre jeu et de nos résultats, autant je condamne ce comportement", a tweeté le président d’Anderlecht, Marc Coucke, depuis l’étranger. "Le football ce sont des rires quand on gagne et des larmes quand on perd mais jamais des agressions. Mes excuses au nom du Sporting d'Anderlecht à tous les supporters de football et spécialement à ceux du RSCA".

La Pro League a également réagi sur les réseaux sociaux avec un tweet où elle "regrette la fin prématurée de la rencontre de ce soir en raison d'un usage irresponsable d'engins pyrotechniques. Les sanctions du règlement interne de la Pro League seront appliquées, de même que la procédure des instances du parquet fédéral".

Mpoku espère des décisions "justes et sévères"

Le capitaine du Standard, Paul-José Mpoku, a fait part de sa déception à l'issue de la rencontre espérant des décisions "justes et sévères" pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent.

Je ne comprends pas comment on peut rentrer avec autant de pétards dans un stade. Cet arrêt du match est frustrant car on jouait bien

Paul-José Mpoku, capitaine du Standard

"Je m'en doutais un peu. Après ce que j'ai vécu avec les supporters à Zulte-Waregem, je sais ce que peuvent faire des supporters démontés", a commenté Mpoku sur Proximus 11. "C'est dommage de voir ça. Ce n'est pas à nous de prendre les décisions mais j'espère qu'elle seront justes et sévères pour ne plus que ça se reproduise. Je ne comprends pas comment on peut rentrer avec autant de pétards dans un stade. Cet arrêt du match est frustrant car on jouait bien et on avait marqué deux buts. Souvent Anderlecht a été au-dessus du Standard et on avait l'envie de les tuer pour les supporters mais on n'a pas pu le faire."

De son côté, l'ancien anderlechtois, Olivier Deschacht disait "comprendre" la réaction des supporters anderlechtois. "Je vais peut-être être sévère mais je comprends la réaction des supporters. A leur place je serais aussi frustré. Désolé, mais je peux comprendre leur réaction. Je ne dis pas qu'ils ont raison d'avoir réagi comme ça mais je peux comprendre leur frustration. Ces personnes ont probablement dû prendre un jour de congé pour venir, ont consacré toute leur journée à ce match et ensuite vous voyez ça... Cela aurait pu être 4-1 après 30 minutes. Je n'ai jamais vu Anderlecht comme ça."