Le Vlaamse Volksbeweging appelle le Sénat à ne pas approuver une déclaration de révision

"Sénateurs flamands, ne permettez pas une réforme de l'Etat". Tel est le message inattendu lancé ce vendredi par le Vlaamse Volksbeweging (VVB). La plus grande association nationaliste flamande, dont sont issus de nombreux mandataires de la N-VA, redoutent que des discussions communautaires menées à l'échelon fédéral ne débouchent sur une refédéralisation de certaines compétences.

La Chambre a approuvé sa déclaration de révision pour une quarantaine d’articles de la Constitution juste avant les vacances de Pâques. Le Sénat devra se prononcer la semaine prochaine. Une réunion de la commission des Affaires institutionnelles est prévue mardi.

Le VVB estime maintenant que la liste des articles ouverts à révision votée par la Chambre ouvre "la boîte de Pandore": "Si cette liste est approuvée, cette boîte sera grand ouverte. Pas en direction de plus de Flandre mais de plus de Belgique. Mieux vaut pas de révision de la Constitution qu'une mauvaise révision", déclare l'association.

La N-VA n'a jusqu'à présent pas adopté cette stratégie puisque le parti nationaliste, de même que le parti d’extrême droite Vlaams Belang, veut ouvrir à révision tous les articles de la Constitution.

Les plus réticents à adopter une liste d'articles à réviser sont les partis francophones MR et cdH, qui veulent s'en tenir à la liste adoptée sous la législature précédente, moins les articles à connotation communautaire.