Jonas Roosens

Décret inscriptions : il ne faudra plus camper devant les écoles néerlandophones

Le parlement flamand a adopté mercredi soir, lors de sa dernière séance plénière, le décret qui organise les inscriptions scolaires, en Flandre mais aussi à Bruxelles dans les établissements néerlandophones. Le texte était bloqué en raison d'une procédure en conflit d'intérêts activée par le parlement francophone bruxellois. Mais la procédure est arrivée à son terme. L'application des nouvelles règles sera néanmoins reportée à l'année scolaire 2020-2021.

Le texte vise à mettre un terme aux files devant les écoles pour les inscriptions en première année du secondaire. Il impose notamment l'usage d'un registre central pour les établissements dont la capacité est insuffisante.

L'idée d'un double contingentement pour favoriser la mixité sociale est abandonnée, mais les écoles peuvent décider de libérer 20% de leurs places pour des "groupes sous-représentés".

A Bruxelles, une règle particulière - qui a provoqué la contestation des francophones - est d'application. La priorité accordée aux élèves néerlandophones passera de 55% de la capacité à 65%. Une priorité de 15% est également accordée aux élèves qui ont déjà fait 9 ans dans l'enseignement fondamental néerlandophone.

Les partis francophones à Bruxelles ont contesté ce nouveau dispositif, car il aura pour premier effet d'exclure de l'enseignement flamand les enfants qui ne parlent ni le français, ni le néerlandais à la maison.