Record : plus de 100.000 nouvelles entreprises créées au cours de l’an dernier

En 2018 un total de 100.113 nouvelles entreprises (structures unipersonnelles ou en société juridique) ont été créées. C’est ce qu’indique ce jeudi 'L'Atlas des créateurs' 2019 de Graydon, l'Union des Classes moyennes (UCM) et l'Unizo. C'est la première fois que la barre des 100.000 entrées est ainsi franchie en Belgique, et la hausse est en outre constante depuis 2015.

Il y a eu 5.032 start-ups créées de plus en 2018 qu'un an plus tôt, ce qui représente une progression de 5,29%. "En résumé, la population active belge a augmenté d'au moins un cinquième au cours des trois dernières années."

En comparaison avec 2008, l'année du déclenchement de la crise, le nombre d'entreprises créées en une année a grossi de 53,6%. L'image de l'entrepreneur est meilleure et son statut social est plus attrayant, justifie le bureau d'informations commerciales Graydon.

La hausse la plus importante a été enregistrée en Flandre, avec 58.230 starters (+ 11,56%), tandis que la création a été plus modérée à Bruxelles (5,33%). La Wallonie, elle, plafonne : le nombre de créations y a même légèrement reculé l'an dernier (-0,20%).

Le secteur des professions libérales est celui où les effectifs augmentent le plus. C'est dès lors celui où la croissance nette (nouvelles entreprises par rapport aux fermetures) est la plus élevée. Par rapport à 2017, le nombre de starters y a encore augmenté de plus de 9,27%. Le phénomène se concentre principalement dans les professions médicales et les services juridiques. Plus d'une entreprise sur dix (9,0%) occupe immédiatement du personnel dans l'année de création.

Graydon constate cependant un recul en la matière depuis deux ans, car de plus en plus de personnes créent leur propre entreprise et y travaillent seules. Environ six débutants sur dix sont par ailleurs des hommes. Pourtant, malgré ces constats positifs, les entrepreneurs représentent encore une (trop) petite minorité dans l'économie belge, estiment l'Unizo, la fédération des entrepreneurs flamands, et l'UCM, son pendant francophone.

"Il y a encore trop de gens avec des rêves, des ambitions et des intentions d'entreprendre qui n'osent pas franchir le pas afin de les concrétiser." Il faut leur donner davantage confiance et ne pas les effrayer, notamment en les libérant de l'excès de paperasse, plaident les deux organisations.