Le gouvernement flamand serait l’employeur le plus attrayant du secteur public

Si l’on en croit la 19e étude sur l’attractivité des employeurs en Belgique, réalisée par Randstad Research, la société de dragage anversoise Deme, pour le privé, et le gouvernement flamand, pour le public, seraient les employeurs les plus attrayants de Belgique. L’étude a été publiée jeudi. Si l'on ne prend en compte que les répondants francophones, c'est le gouvernement wallon qui est jugé le plus attractif, devant la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Service public fédéral. Globalement, le secteur public affiche un score d'attractivité plus élevé que le privé, surtout grâce à sa sécurité d'emploi.

Deme remporte le Randstad Award pour la troisième fois. Sur les 10 critères évalués, l'entreprise ne pêche que pour son équilibre entre la vie privée et le travail, où elle obtient un score moins élevé que la moyenne. Dans les neuf autres, elle affiche un meilleur score. En deuxième place se trouve Janssen Pharmaceutica, suivie de Jan De Nul. Colruyt Group fait son entrée pour la première fois dans le classement, à la septième place. La banque Degroof Petercam récolte elle une huitième place. C'est la première fois depuis la crise financière qu'une banque apparaît dans le top 10, souligne Randstad.

Du côté du secteur public, c'est le gouvernement flamand (photo) qui remporte la mise. Sa sécurité d'emploi, ses perspectives de carrière, le contenu de la fonction, l'équilibre entre vies privée et professionnelle et le salaire et les avantages sont mis en avant. Geert Bourgeois (N-VA), ministre-président flamand, s'est surtout montré satisfait du score obtenu dans le "contenu de la fonction", où l'on n'attend pas forcément le service public.

L'Office national de l'enfance (ONE) prend la deuxième place et le Service public fédéral complète le podium. Du côté francophone, c'est le gouvernement wallon qui est jugé le plus attractif, devant la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Service public fédéral.

Globalement, le secteur public attire davantage les travailleurs que le privé. Parmi les répondants à l'enquête en ligne, 34% aimeraient travailler dans le secteur privé, contre 42% dans le public. L'écart s'amenuise toutefois: la dernière fois que le secteur public avait été étudié remonte à 2015, en période de récession. Le public affichait alors un score plus élevé de 16 points de pourcentage.

Dans cinq critères étudiés - sécurité d'emploi, perspectives de carrière, équilibre entre la vie privée et le travail, contenu de la fonction et attention portée à l'environnement et la société -, le secteur public affiche de meilleurs scores que le privé. Dans quatre critères, les deux secteurs sont à égalité, tandis que le privé fait mieux dans le domaine des nouvelles technologies. Ce dernier importe toutefois peu aux yeux des répondants dans leur choix d'un employeur.

Le secteur pharmaceutique demeure le plus attractif, juste devant le public. Suivent l'aéronautique, les médias et les technologies de pointe. L'étude a été menée auprès de 14.000 personnes âgées de 18 à 65 ans, en janvier 2019.