L’école n°1 de Schaerbeek fermée cette semaine pour rétablir le calme

Le bourgmestre de la commune bruxelloise de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a décidé de fermer pour le reste de la semaine l'école communale 1 de Schaerbeek (photo) concernée par des soupçons - entretemps démentis - de viol sur une fillette de 4 ans. L’affaire a fait le tour des réseaux sociaux et entrainé des échauffourées devant l’école mardi. Le but de cette mesure est de faire revenir le calme dans l’établissement scolaire.

La police était intervenue mardi en début d'après-midi pour disperser les quelque 250 personnes rassemblées devant l'école. Ce mercredi 1er mai, jour de la fête du travail, l'école était de toute façon fermée, mais elle le restera aussi les jeudi 2 et vendredi 3 mai.

"Il est nécessaire de faire revenir le calme, tant pour les enfants que pour le personnel de l'école", indique le bourgmestre Clerfayt (photo). "Les manifestants se sont montrés si violents qu'il n'a pas été possible de maintenir le calme. Nous devons faire en sorte que tous les parents regagnent confiance en l'école. Nous gardons contact avec eux et avec la communauté."

Jeudi dernier en fin d'après-midi, la maman d'une fillette de 4 ans, inscrite à l'école communale n°1 de Schaerbeek, avait récupéré cette dernière après l'école et remarqué des saignements au niveau de ses parties intimes. Les premiers éléments d'enquête indiquent qu'il n'y a pas eu abus sexuel, a informé le parquet de Bruxelles, mardi en fin de matinée.

"Aucun fait de mœurs et aucune autre violence n'ont été commis", a précisé Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles, indiquant qu'il ressort des examens médicaux que la fillette a eu une infection qui provoque des saignements.

Plusieurs parents refusent cependant de croire à cette conclusion et se sont rassemblés devant l’école mardi. Certains d’entre eux ont jeté des pierres et des œufs en direction de l’établissement. La police est intervenue. Certains véhicules des policiers ont été endommagés. Alors que les manifestants réclamaient la fermeture de l’école, la police anti-émeute a fermé une partie de la rue autour de l’établissement.

Bernard Clerfayt a appelé les parents et la population au calme. Le bourgmestre a également déploré que certaines personnalités politiques locales aient diffusé sur les réseaux sociaux des informations fausses ou non-confirmées et même appelé à la bagarre.

Belga