Deux passants arrêtés par erreur lors d’un exercice de contre-terrorisme à Anvers

Lors d'un grand exercice de contre-terrorisme organisé le 24 avril au Sportpaleis d’Anvers, la police de la métropole a commis une grosse gaffe. Deux citoyens qui circulaient avec leur voiture dans les environs ont été considérés comme des "terroristes". Ils ont été arrêtés sous la menace d'armes, tirés hors de leur véhicule et menottés, rapporte jeudi la Gazet van Antwerpen.

La police d'Anvers regrette cette erreur. "Cela n'aurait jamais dû arriver", admet un porte-parole. Le parquet et le service d'inspection interne enquêtent sur l'incident.
La police a indiqué sur Twitter qu'elle présenterait officiellement ses excuses aux deux victimes, des collègues. L'un d'eux, Hamed Jabarkhel a raconté sa mésaventure sur Facebook.

"Ni moi ni mon patron n'étions au courant de cet exercice", dit Hamed Jabarkhel. "J'ai entendu des coups de feu, j'ai vu beaucoup de gens évacués. Je me suis tout de suite senti très anxieux. Selon leurs propres termes, le duo n'a pas eu l'occasion de se défendre ni de donner des explications.

D'origine étrangère, il a par ailleurs dénoncé l'inégalité de traitement par la police. Il a également déposé plainte.

"Au moins deux agents m'ont demandé si je faisais partie de l'exercice", a expliqué l'homme. "Je leur ai dit que je ne savais rien, que j'étais innocent et que j'ignorais ce qu'il se passait. Je n'ai reçu aucune explication." L'homme a également avancé que son collègue avait rapidement été libéré tandis que lui a été emmené au commissariat. Contrairement aux vrais figurants de l'exercice, qui se trouvaient dans le même combi que lui, il serait resté menotté.

L'homme ajoute encore que non seulement la police mais aussi de nombreux témoins ont filmé les faits et lance un appel pour obtenir autant d'images que possible de cette "prétendue arrestation". "J'espère que cela m'aidera à faire en sorte que la police prenne ma plainte au sérieux", souligne-t-il.

Lors de l'exercice de contre-terrorisme, une fusillade lors d'un spectacle humoristique a été simulée. Environ 1.100 figurants y ont pris part.