Pour le CEO de Brussels Airport, les vols de courte distance doivent à court terme disparaître

Le CEO de Brussels Airport, Arnaud Feist, est d’avis que les vols de courte distance doivent à terme disparaître pour favoriser la protection de l’environnement. Pour lui, il faut toutefois qu’un moyen de transport alternatif et abordable soit d’abord garanti.

Vendredi, Arnaud Feist annonçait que les avions qui émettaient le plus de CO2 et de particules fines allaient devoir payer davantage à Brussels Airport. Dès 2021, l’aéroport tiendra compte des émissions pour le calcul de ses taxes, l’objectif étant d’attirer davantage d’avions plus modernes, et donc moins polluants.

"Personnellement, je trouve que les vols de courte distance doivent disparaître à court terme", a indiqué Arnaud Feist ce samedi dans le quotidien De Standaard. "Mais il faut alors avoir un mode de transport alternatif, comme un train à grande vitesse, qui soit par ailleurs abordable. Cela nécessite des investissements", souligne-t-il.

"Il y a dix ans, Londres était la plus importante destination depuis Brussels Airport. Ce n’est plus le cas, grâce à l’Eurostar. Et qui prend encore l’avion pour Paris ? Aujourd’hui, avec le Thalys, on arrive en plein centre de la capitale en 1 heure 20 minutes", explique encore Arnaud Feist.

Critiques envers Charleroi

Dans l’interview accordée au Standaard, Arnaud Feist dénonce par ailleurs le manque d’efforts de certaines autorités du pays. "Est-il normal que des autorités subsidient des compagnies aériennes ? Je ne veux pas nommer de noms, mais pas si loin de chez nous, il y a des aéroports au sein desquels chaque passager est subsidié", a-t-il dénoncé, évoquant indirectement l’aéroport de Charleroi.

"A une époque où l’on discute du changement climatique, de nombreux aéroports subsidient les passagers. Je trouve cela hallucinant. D’un côté les autorités disent que nous devons moins prendre l’avion, et de l’autre les administrations locales nous encouragent de le faire. S’agit-il d’une gestion cohérente ?", se demande le CEO de Brussels Airport.

"Nous sommes en faveur d’objectifs ambitieux à travers lesquels nous pouvons démontrer que notre secteur désire prendre ses responsabilités", a-t-il encore fait savoir.