Santé, climat, séparatisme ou migration: qu’est-ce qui préoccupe le plus les Flamands ?

A l’approche des élections, la rédaction de VRT NWS et le centre d’étude de la radio-télévision publique flamande ont mené une grande enquête auprès d’environ 3.200 citoyens flamands. Objectif : avoir une meilleure vue sur les sujets qui les préoccupent le plus, sur leur vision de la société, et sur leurs principales attentes en politique.

Les 3.197 personnes sondées ont été interrogées durant les mois de mars et d’avril 2019. Premier constat : la plus grande angoisse des Flamands, partagée par trois-quarts des sondés, est d’avoir une maladie incurable. Vient ensuite la peur d’une migration incontrôlée. A la troisième place, on retrouve l’inquiétude de ne pas pouvoir vivre décemment après le départ à la pension.

Le climat arrive à la quatrième place : deux-tiers des Flamands affirment s’inquiéter du sujet. La crainte de ne plus pouvoir épargner, suivie par l’inquiétude pour les générations à venir, complètent le top 5.

Ces cinq thèmes ont pour point commun de réunir une importante majorité des sondés: au moins 60% des Flamands se disent en effet inquiets par chacun de ces différents sujets, perçus comme de "grandes angoisses".

On notera aussi que parallèlement à leur santé physique, les Flamands s’inquiètent également de leur bien-être mental. Plus de la moitié (56%) affirme avoir peur de souffrir de troubles psychiques.

Enfin, ce qui inquiète le moins les Flamands est la séparation de la Belgique.

Priorités politiques

Pour les Flamands, les responsables politiques doivent avoir pour priorité numéro 1 de garantir une bonne pension pour tous. Vient ensuite la sécurité sociale, avec des soins de santé abordables.

Alors que la sécurité n’est pas dans le top 5 des thèmes qui préoccupent les Flamands, la lutte contre la criminalité se retrouve malgré tout à la troisième place des priorité politiques.

En bref : les soins de santé, le pouvoir d’achat et la sécurité sont les sujets sur lesquels nos dirigeants doivent se concentrer.

Fait marquant : si une majorité de Flamands se dit inquiet pour l’environnement, le thème n’arrive qu’à la 12e et 13e place des priorités politiques. On remarquera aussi que la dernière priorité des personnes sondées est la demande de plus d’autonomie flamande.

Différences entre la théorie et la pratique

Le sondage de la VRT a également interrogé les Flamands sur leur vision de la société. Au niveau de la diversité par exemple, il ressort que la majorité des sondés ne rejette pas l’aspect multiculturel de notre pays. L’idée que les nouveaux-arrivants doivent souscrire à "nos valeurs" est toutefois très forte.

Sur le même thème, une grande partie des Flamands semble par ailleurs mettre la barre très haut : même lorsqu’une personne d’origine étrangère parle bien le néerlandais, 40% des sondés continuent à éprouver de la méfiance à son égard. Au niveau de la diversité, on retrouve ainsi une différence entre la théorie (la société multiculturelle est un fait et ça ne pose pas problème) et la pratique (une personne qui s’intègre n’est pas pour autant bien accueillie).

Une différence similaire se retrouve également au niveau de l’environnement : si le climat est une source d’inquiétude, les Flamands semblent soudainement moins enthousiastes lorsqu’on leur demande des engagement concrets.

Moins anxieux et plus optimistes

L’enquête de la VRT constate enfin qu’un grand sentiment d’injustice règne parmi les Flamands. Aux yeux des sondés, les personnes qui ont de l’argent et du pouvoir peuvent se permettre plus que "les gens normaux". Les privilèges des politiques ou l’impunité de certains pose ainsi question. Pas étonnant, dans ce cadre, de voir la lutte contre la criminalité et une meilleure justice arriver dans le top 5 des priorités politiques des Flamands.

Pour ces derniers, nos dirigeants ne portent en outre pas suffisamment d’attention à notre bien-être psychique. Environ la moitié des sondés indique s’être déjà senti seul. Sur les réseaux sociaux, les personnes interrogées trouvent majoritairement que les internautes sont trop durs les uns envers les autres. Les Flamands estiment aussi qu’il faudrait davantage que les gens tiennent compte des autres, la solidarité étant une nécessité pour l’avenir.

Notons enfin que par rapport au dernier sondage mené par la VRT en 2014, les Flamands sont plus optimistes pour leur futur, et aussi malgré tout moins anxieux.