Marnik Aerts

Plus de 20.000 écoliers évacués à Aarschot, Diest et Westerlo

Les milliers d’élèves d'écoles à Aarschot et Diest en Brabant flamand, et à Westerlo en province anversoise ont été évacués ce mercredi matin de 54 écoles au total, à la suite d'une alerte à la bombe. Il s’agissait d’une mesure préventive.  Le parquet d’Anvers a ouvert une enquête et confirmé qu’une lettre annonçant qu'une bombe allait éclater dans une école d'une des trois communes est bien arrivée à la caserne des pompiers de Westerlo. Vers 14h30, l'alerte était levée dans toutes les écoles des trois communes. 

A Aarschot, les 9.000 élèves des écoles situées dans le centre-ville ont été hébergés dans le hall des sports et ceux scolarisés en périphérie se sont rendus dans les différents points d'évacuation prévus, a fait savoir la bourgmestre Gwendolyn Rutten. De nombreux élèves ont ensuite été récupérés par leurs proches.

Les riverains des écoles étaient invités à rester chez eux, a précisé la police locale. Les 8.000 élèves évacués à Diest ont été acheminés au centre culturel Den Amer. Là aussi, les parents ont pu venir reprendre leurs enfants, faisait savoir l'échevine de l'Enseignement Pascale Vanaudenhove. Les professeurs assuraient provisoirement la garde des enfants.

Les écoles de ces deux villes du Brabant flamand et les 4.787 élèves à Westerlo (province d'Anvers) ont été évacuées à titre préventif après une alerte à la bombe faisant état d'un explosif dans une "école d'Aarschot, de Diest ou de Westerlo", selon la bourgmestre d'Aarschot. Le parquet d'Anvers a ouvert une enquête sur cette alerte.

Aarschot

Alerte levée dans toutes les écoles

Toutes les écoles d'Aarschot, de Diest et de Westerlo étaient à nouveau accessibles en début d'après-midi, a indiqué le parquet d'Anvers.

Au cours des fouilles menées par la police dans les 54 écoles concernées, aucun objet suspect n'a été retrouvé. L'auteur de l'alerte n'a pas encore été appréhendé.