Près de 18.000 Limbourgeois traversent la frontière pour aller travailler

Aucune autre province de Flandre compte autant de travailleurs frontaliers que le Limbourg. Près de 18.000 Limbourgeois travaillent en effet aux Pays-Bas. Pas étonnant que les universités de Hasselt et de Maastricht érigent ensemble un centre de compétence sur le travail frontalier. Il étudiera les problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs qui doivent traverser la frontière pour se rendre sur leur lieu de travail.

Quelque 32.000 Belges au total travaillent aux Pays-Bas, tandis que 12.000 Néerlandais exercent une activité professionnelle en Belgique. Ce sont avant tout les Limbourgs belge et néerlandais qui échangent leurs travailleurs. Près de 18.000 Limbourgeois ont ainsi trouvé du travail aux Pays-Bas, alors que 2.150 Néerlandais travaillent en Flandre.

"Un centre de compétence a donc réellement sa place dans cette région", estime le professeur Elly Van de Velde de l’Université de Hasselt. Selon elle, travailler à l’étranger est certainement enrichissant. Elle conseille néanmoins à chacun de bien se renseigner au préalable sur les conséquences financières qui y sont liées.

Certaines lois diffèrent

La Belgique et les Pays-Bas possèdent en effet des législations fiscales qui diffèrent. Leurs législations sur les pensions et sur la sécurité sociale sont également différentes. "Ces différences peuvent parfois être à l’avantage de ceux qui traversent la frontière pour aller travailler, mais le plus souvent c’est le contraire", précise Elly Van de Velde.

"Un exemple concret : quand vous construisez une maison en Belgique alors que vous travaillez aux Pays-Bas. Normalement vous pouvez défalquer de vos impôts une partie de votre emprunt hypothécaire. Mais si vous payez des impôts aux Pays-Bas ce n’est pas évident. La Cour de justice européenne a déjà rendu plusieurs jugements à ce sujet".

Il est donc très important que tous les problèmes qui se posent aux travailleurs frontaliers et les solutions qui y sont apportées soient recensés. Le centre de compétence veut informer les travailleurs frontaliers à ce sujet. Ce centre émettra aussi des recommandations à l’attention des autorités belges et néerlandaises, afin qu’elles coordonnent mieux leur législations respectives.

Le centre a été ouvert officiellement ce mercredi soir, en présence des gouverneurs des deux Limbourgs, ainsi que des organisations patronales et syndicales néerlandaises et belges.