Paul Magnette ne veut "pas perdre de temps avec la N-VA"

Invité ce dimanche dans l’émission télévisée "De zevende dag" à la VRT (photo), le bourgmestre de Charleroi a résolument fermé la porte à une nouvelle réforme de l’Etat et au confédéralisme à l’issue des scrutins du 26 mai. Il affirme ne pas vouloir "perdre de temps à ce propos avec la N-VA", jugeant que l’accent doit être mis sur le pouvoir d’achat et de meilleures pensions pour tous les citoyens qui ont travaillé. Magnette laisse aussi entendre que si les socialistes francophones et flamands formaient ensemble la plus grande famille politique à l’issue des élections, ils livreront un Premier ministre.

Paul Magnette - qui se présente comme tête de liste PS pour les élections européennes - n’a cependant pas prononcé de veto à former un gouvernement avec la N-VA. Il estime néanmoins que cela sera difficile, étant donné que les nationalistes flamands réclameront alors une nouvelle réforme de l’Etat et une évolution vers le confédéralisme. C’est une perte de temps, estime Magnette. "Personne n’évoque les questions communautaires aujourd’hui. Je ne veux pas perdre de temps avec la N-VA".

"Nous l’avons déjà essayé il y a 5 ans. Nous avons parlé pendant des mois avec la N-VA, sans résultat. Elle veut toujours parler de la fin de la Belgique et du confédéralisme. Pour nous, la priorité est le pouvoir d’achat, de meilleures pensions et une société plus solidaire".

Paul Magnette ne réclame pas non plus de réforme de la loi sur le financement des Communautés et Régions. Le président du PS, Elio Di Rupo, avait encore déclaré en avril qu’il faudrait parler de cette réforme en 2024, lors des prochaines élections fédérales. "Notre parti n’est pas demandeur, ce ne sera pas nécessaire", déclarait Magnette ce dimanche dans l’émission "De zevende dag". "Avec une meilleure gestion, il sera possible de créer une économie plus dynamique et sociale, et une société plus solidaire".

Magnette Premier ministre ?

L’ancien ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, pourrait-il devenir Premier ministre dans le prochain gouvernement ? « Peut-être, si la N-VA devient le plus grand parti », estime le Carolorégien. Mais si ce sont les socialistes qui deviennent la plus grande famille politique du pays après le 26 mai, "alors nous prendrons nos responsabilités".

Paul Magnette veut donc que les socialistes forment et dirigent le prochain gouvernement. Lui-même n’est à priori pas candidat Premier ministre. L’ancien Premier, Elio Di Rupo, pourrait-il assumer à nouveau cette fonction ? "Nous allons voir " concluait Magnette.

Quoi qu’il en soit, le PS opte plutôt pour un gouvernement "progressiste ". "De centre gauche, ou de gauche c’est encore mieux". "Si nous arrivons à la conclusion qu’il est possible de former partout (niveaux fédéral et en Wallonie) une coalition aussi progressiste que possible, pour pourrons alors former en parallèle différents gouvernements. Sinon nous devrons voir quelle sera la méthode. Nous devons être pragmatiques".