Près de 150 communes flamandes s’adressent au Fonds des calamités pour la tempête de mars

Près de la moitié des 300 villes et communes de Flandre demandent que la tempête qui s’est abattue sur la Région le week-end des 9 et 10 mars derniers soit reconnue comme catastrophe naturelle. Ces 148 villes et communes se sont tournées vers le Fonds flamand des calamités, indique le cabinet du ministre-président flamand Geert Bourgeois. Elles avaient jusqu'au 10 mai pour le faire. Alors que les services de secours étaient très sollicités pendant ce week-end de mars, un homme a perdu la vie à Mol, écrasé par un arbre.

Pour l’instant, les dommages causés par les intempéries du week-end de mars sont estimés à 24,2 millions d'euros pour 11.080 dossiers, mais la porte-parole de Geert Bourgeois s'attend à ce que ce montant et ce nombre de dossiers augmentent.

Le nombre de communes qui s’adressent au Fonds des calamités devrait également augmenter, indique la porte-parole du ministre-président flamand, Lisa Lust. "En effet, Anvers, Wijnegem et Zwijndrecht (province d'Anvers) ont actuellement uniquement transmis une estimation des dommages", explique-t-elle.

La moitié des 300 communes flamandes soumettront donc une demande de dédommagement. En outre, 16 communes n'ont pas encore fourni toutes les informations nécessaires. Ce qui explique pourquoi le nombre de dossiers devrait encore augmenter. Un grand nombre d'entre elles doivent également fournir du matériel photographique supplémentaire.