Sien Verstraeten

Aider les enseignants bruxellois à parler aux parents non-néerlandophones

Toutes les écoles néerlandophones de Bruxelles ont reçu mercredi un nouveau manuel destiné aux enseignants et au reste du personnel de ces établissements. Intitulé « Un néerlandais clair à l’école » (‘Duidelijk Nederlands op school’), ce guide doit aider les écoles à communiquer plus facilement avec les parents d’élèves qui ne maîtrisent pas bien le néerlandais. Il a été rédigé par la Maison du néerlandais (Huis van het Nederlands), en collaboration avec le Centre d’enseignement de Bruxelles et à l’initiative de la Commission communautaire flamande.

Les enseignants d’écoles néerlandophones à Bruxelles doivent très souvent communiquer avec des parents qui parlent à peine ou pas du tout le néerlandais. Ainsi à l’école primaire Institut Marie Immaculée d’Anderlecht - où le manuel était présenté mercredi - pas moins de 98% des élèves ont une autre langue maternelle que le néerlandais. "Chaque jour, nous devons communiquer avec des parents qui sont analphabètes et ne parlent ni le néerlandais, ni le français", indique la directrice de l’établissement, Sofie Van Cauwenberge (photo).

Lorsque les enseignants bruxellois remettent des formulaires d’information aux élèves, leurs parents viennent souvent les voir par la suite pour qu’ils leur traduisent ces écrits. "Nous devons alors expliquer avec beaucoup de gestes, dans une langue simplifiée, le contenu des formulaires", indique Van Cauwenberge. A l’Institut, les enseignants réservent à cela un quart d’heure de leur temps, avant et après les heures de cours.

Réunions avec les parents

Pendant les entrevues entre parents et enseignants, ces derniers parviennent souvent mal à discuter avec les parents de l’évolution de leur enfant, en raison du manque de compréhension du néerlandais. "C’est parfois difficile d’expliquer les choses de façon simple sans donner l’impression de dire les choses crument", estime la directrice Sofie Van Cauwenberge.

Le nouveau manuel peut aider les enseignants à parler aux parents parce qu’il contient des exemples concrets de conversations difficiles, menées dans un langage simple. "Nous considérons ce manuel comme un outil de travail à utiliser par exemple pendant des réunions avec les parents. Il nous donnera des synonymes de mots difficiles, notamment", indique la directrice.

Sien Verstraeten

Deux versions différentes

Le manuel a été développé par la Maison du néerlandais de Bruxelles, en collaboration avec le Centre d’enseignement Bruxelles, à l’initiative de la Commission communautaire flamande. Il existe en deux versions : l’une pour les écoles primaires, l’autre pour les établissements secondaires.

"Ces livres consistent en cinq tomes", précise Sofie Van Cauwenberge. Chaque tome se concentre sur un scénario pratique, tel que les réunions d’inscription, les conversations à la porte de l’école, les bavardages informels, les réunions entre enseignants et parents, où des mauvaises nouvelles doivent être communiquées. Ces livrets font partie de l’initiative Le néerlandais pour les parents. Il s’agit d’une offre de formation de la Maison du néerlandais à l’attention des écoles qui veulent stimuler les parents à apprendre ou oser parler le néerlandais.

Bruxelles compte plus de 140 écoles primaires néerlandophones et plus de 40 écoles secondaires néerlandophones. La capitale possède aussi 300 écoles primaires francophones et 120 écoles secondaires francophones. A l’heure actuelle, il y a plus de 47.000 élèves qui fréquentent une école néerlandophone à Bruxelles.