Une deuxième personne atteinte de légionellose est décédée, de nouveaux cas de contamination sont attendus

Une deuxième personne est décédée de légionellose après avoir été contaminée dans la région d'Evergem, près de Gand. La victime est un homme de 70 ans qui habitait à Evergem (Flandre orientale). Ce jeudi, une personne supplémentaire a été hospitalisée, et ce vendredi l'Agence flamande Soins et Santé annonçait qu'un 19e patient a été admis à l'hôpital à Gand jeudi en soirée. 

Ces derniers jours, un total de 18 personnes, dont plusieurs habitant à Evergem ou y passant, pour le travail par exemple, avaient été admises à l'hôpital à la suite d'une contamination aux légionelles, dont la source n'a pas encore pu être identifiée précisément.

Le deuxième décès est survenu à l'hôpital universitaire Sint-Lucas, à Gand. Il s’agit d’un homme de 70 ans, habitant à Evergem.

A la suite de ce décès, l'agence flamande Soins et Santé (Agentschap Zorg en Gezondheid) s'est exprimée sur l'état de santé des autres patients. "Les hôpitaux nous ont confirmé que 6 patients sont entre-temps rentrés chez eux et 7 autres vont mieux. Deux personnes sont encore aux soins intensifs, dont une est dans un état critique", a-t-elle précisé.

Une première personne, un homme de 50 ans qui habitait également à Evergem, était décédée lundi soir à l'hôpital.

Une 19e personne hospitalisée jeudi soir

Les cas d'infections aux légionelles se sont multipliés ces derniers jours dans cette zone de Flandre orientale. Une personne supplémentaire (18e) a encore été hospitalisée ce jeudi. L'Agence flamande Soins et Santé annonçait en outre ce vendredi matin qu'un 19e patient avait été admis jeudi soir à l'hôpital Jan Palfijn à Gand, en Flandre orientale.  Il avait de la fièvre et devait tousser. Son état de santé n'est pas inquiétant, selon les spécialistes. 

La légionellose est une maladie pulmonaire rare provoquée par l'inhalation de légionelles, des bactéries qui prolifèrent dans les eaux chaudes et stagnantes, comme les circuits d'eau des bâtiments. Elle n'est pas contagieuse.

La source de la contamination n'est pour l'instant pas encore connue. "Nous sommes occupés à rassembler davantage d'informations sur ce nouveau patient, et ce que cela signifie pour l'actuelle vague de cas", indique Zorg en Gezondheid.

L'agence a indiqué qu'elle s'attendait à ce que de nouveaux cas se présentent lors des prochains jours.

Le parquet de Flandre orientale lance sa propre enquête

L'origine de la contamination pourrait, mais sans certitude, se trouver dans une tour de refroidissement de la zone industrielle le long du canal à Evergem. Des échantillons ont été prélevés sur place dans une quinzaine de tours de refroidissement, mais les résultats des analyses de ces échantillons ne sont attendus que lundi prochain.

Le parquet de Flandre orientale a décidé ce jeudi d'entamer sa propre enquête. "Nous voulons être tenus au courant des résultats de la recherche de la source et déterminer si d'éventuels faits répréhensibles ont eu lieu", indique la porte-parole du parquet Annelies Verstraete.

"Il est trop tôt pour le savoir, mais nous voulons pouvoir exclure cette hypothèse", indique-t-elle. Des échantillons ont été prélevés dans 19 entreprises qui ont une tour de refroidissement dans la zone suspectée d'être à l'origine des infections aux légionelles.