Vous n’irez pas voter le 26 mai? Voici ce que vous risquez

En Belgique, le vote est obligatoire depuis 1893. Les personnes qui ne se rendront pas aux urnes le 26 mai prochain risquent donc en théorie d’écoper d’une amende. Mais dans la pratique, les chances d’être poursuivi sont nulles. Les citoyens désignés comme assesseurs et qui manquent à leur devoir risquent, eux, bel et bien d’être sanctionnés.

Lors des dernières élections fédérales, régionales et européennes de 2014, environ 90% des Belges en âge de voter se sont rendus aux urnes.

En théorie, les 10% qui n’ont pas accompli leur devoir de citoyen risquaient d’écoper d’une amende allant de 40 à 80 euros. Dans la pratique, les abstentionnistes ne sont toutefois jamais poursuivies. D’après les informations du quotidien Het Laatste Nieuws, confirmées à notre rédaction par le SPF Justice, les listes des absences ne sont en effet jamais envoyées aux parquets.

Assesseurs absents

Le jour des élections, les présidents des bureaux électoraux sont chargés de dresser les listes des électeurs absents. Ces listes sont alors envoyées aux juges de paix, au plus haut niveau du canton électoral. "Mais au sein du ministère, la directive appliquée est de ne poursuivre que les assesseurs et présidents des bureaux électoraux et de dépouillement. Les listes des électeurs absents ne sont donc pas transférés aux parquets", affirme-t-on du côté du SPF Justice.

Les juges de paix conservent les listes pour une période de six mois. Celles-ci sont ensuite détruites.