Dès lundi, la gare du Nord sera à nouveau desservie par les bus De Lijn

Il n'y a actuellement plus de migrants en transit ni de sans-abri à la gare de Bruxelles-Nord, la plupart d'entre eux ont été évacués dans des centres pour sans-abri, où ils seront suivis par Fedasil. C’est la ministre fédérale de l'asile et de la migration Maggie De Block (Open VLD) qui l’a décidé après consultations avec les différentes autorités et organisations. Les bus de De Lijn s’arrêteront donc à nouveau dans le sous-sol de la gare du Nord dès lundi.

Début mai, la société flamande de transport avait décidé d'éviter l'arrêt de la gare du Nord. Elle avançait une situation sanitaire intenable, liée à la présence de nombreux migrants. De Lijn avait dévié plusieurs lignes de bus, qui marquaient depuis l'arrêt près de la place Rogier.

La Stib, dont deux lignes s'arrêtent habituellement au niveau -1 de la gare du Nord, lui avait emboîté le pas. Les lignes n'avaient cependant pas été déviées et l'arrêt était toujours marqué à la gare du Nord, mais à l'extérieur du bâtiment.
Après que des bénévoles ont entrepris de nettoyer la gare la semaine dernière, la ministre de l'Asile et la Migration, Maggie De Block, a annoncé vendredi matin l'évacuation de la zone concernée. Les migrants qui s'y trouvaient ont été pris en charge par Fedasil.

La société flamande se réjouit qu'une solution structurelle ait été trouvée.
“Tous les bus actuellement stationnés dans la rue du Progès retourneront à leur arrêt régulier dans les pous-sol de la gare du Nord. Nous ferons en sorte d'informer nos clients qu'ils pourront à nouveau compter sur un service normal ce lundi ", a déclaré Roger Kesteloot, le directeur général de De Lijn.

Ainsi, ce lundi matin dès 10 heures, les passagers pourront à nouveau embarquer aux arrêts de la gare du Nord. D'ici là, les chauffeurs de De Lijn n'utiliseront Bruxelles-Nord que comme lieu de repos.

Les ONG demandaient depuis longtemps une solution, mais les différents niveaux politiques s’étaient jusque là renvoyé la balle. Maintenant, apparemment, il y a eu un déblocage de la situation. Jeudi, les transmigrants et les sans-abri ont été emmenés par bus jusqu'à l'abri de nuit du Samusocial de Bruxelles.

Ce déblocage est intervenu après consultation entre la Ministre fédérale de l'asile et de la migration Maggie De Block (Open VLD) qui a coordonné l'ensemble de l'opération avec le ministre président de la région de Bruxelles-capitale Rudi Vervoort (PS), le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (SP.A) et diverses organisations.

L'espace de la gare routière près de Bruxelles-Nord, où quelque 200 personnes ont dormi ces dernières semaines, est maintenant désert. Une intervention policière était prévue pour éloigner les transmigrants qui refuseraient de quitter la gare mais cela n’a pas été nécessaire. Toutefois des patrouilles de police resteront sur place. La police va surveiller la situation de près pendant au moins dix jours.