La violoniste belge Sylvia Huang enchante en finale du Reine Elisabeth

La finale du Concours musical international Reine Elisabeth de Belgique, dédié cette année au violon, débutait ce lundi soir au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles avec deux des douze finalistes : l’Américain Luke Hsu - à qui revenait l’honneur et la tâche ingrate à la fois de créer l’œuvre imposée"Fidl" composée tout spécialement par le Finlandais Kimmo Hakola - et la Belge Sylvia Huang.

Cette dernière proposait aussi le Concerto pour violon d’Antonin Dvorak, assez rarement interprété en finale du Reine Elisabeth. Sa joie radieuse et son émotion de pouvoir jouer avec l’Orchestre national de Belgique, dont elle a fait partie entre l’âge de 18 et 20 ans, sa décontraction et son naturel sur scène, le raffinement de sa sonorité et sa musicalité ont enchanté le public.

Les organisateurs du Concours Reine Elisabeth avaient dévoilé samedi l'œuvre imposée, dans les bâtiments de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth à Waterloo, où étaient rassemblés les douze finalistes. Le concerto pour violon et orchestre, spécialement écrit à la demande du concours, a reçu le titre de "Fidl" - le mot hébreu pour violon. Le compositeur Kimmo Hakola, qui a lui-même commencé le violon à l'âge de 6 ans, cite le violoniste russe David Oistrach et le Belge Eugene Ysaye comme source d'inspiration.

"Fidl" est une composition contemporaine qui dure 17 minutes et est un dialogue varié entre violon et orchestre. Les jeunes finalistes ont eu une semaine pour l’étudier sans professeur à la Chapelle musicale. Le morceau sera donc entendu à douze reprises. Chaque soir, deux finalistes interprètent en effet chacun un concerto au choix, en plus de l'œuvre inédite, accompagnés par l’Orchestre national de Belgique que dirige Hugh Wolff.

Voici l’interprétation de Sylvia Huang de "Fidl", une œuvre qu’elle affirme apprécier et qu’elle a donnée avec beaucoup de brio et d’élégance. Elle soulignait aussi les passages humoristiques (le soliste et les membres de l’orchestre doivent par exemple frapper des talons sur le sol) de la partition, et ceux qui font penser à de la musique de film.

Chargement lecteur vidéo ...

Sylvia Huang, qui suit le Concours Reine Elisabeth depuis sa plus tendre enfance, a eu envie d’interpréter en finale un concerto qui est moins souvent donné par les candidats. Elle a opté pour le Concerto d’Antonin Dvorak, qui n’avait plus été joué en finale du concours depuis 1971.

Un choix qui a été apprécié par le public, à en croire les longs applaudissements fournis, mais aussi par le jury. L’ancien Premier lauréat russe Vadim Repin en a même oublié un instant son devoir de neutralité comme membre du jury en applaudissant à la fin de la prestation de Sylvia Huang.

Ecoutez cette prestation, ce lundi soir au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Chargement lecteur vidéo ...