Jens D'Haeseleer

Les scientifiques appellent à signaler la présence de frelons asiatiques

La communauté scientifique demande aux citoyens de signaler toute présence de frelon asiatique sur le territoire belge. Les autorités veulent ainsi limiter le plus possible l'impact de cette espèce exotique invasive, mais "cela ne pourra se faire qu'avec l'aide de la population", insistent les chercheurs. Le site internet VespaWatch a été créé à cet effet.

Le frelon asiatique constitue une menace pour l'apiculture et les pollinisateurs locaux car il s'attaque aux abeilles à l'entrée de la ruche. Quand la ruche est suffisamment affaiblie, ce frelon s'en empare afin de nourrir sa progéniture. Principalement actif d'avril à novembre, il s'est répandu en Belgique depuis la France, où il est arrivé en 2004 via un chargement de céramiques en provenance de Chine.

"Amoureux de la nature ou simples promeneurs, jeunes et moins jeunes, spécialistes ou néophytes, tout le monde peut apporter sa pierre à l'édifice en signalant rapidement les individus ou nids de frelons" via le site https://vespawatch.be soulignent, dans un communiqué conjoint, l'Université de Gand et l'Institut flamand de recherche pour la nature et les forêts.

Le site internet explique également comment reconnaître cet insecte nuisible. Les signalements confirmés sont aussi automatiquement transmis aux pompiers de la zone concernée, qui viendront détruire le nid. Une destruction rapide empêche une colonie de se multiplier.

Le frelon asiatique ne se montre pas spécialement menaçant envers les humains mais ses piqûres sont douloureuses.