Bientôt un guichet central pour les victimes de terrorisme et grandes catastrophes

Un protocole d'accord créant un guichet central pour les victimes d'attentats terroristes et de catastrophes majeures a été signé cette semaine entre le ministre de la Justice Koen Geens, le Collège des procureurs généraux, le parquet fédéral et les ministres compétents des Communautés Rachid Madrane, Jo Vandeurzen et Antonios Antoniadis. C’est ce qu’annonçait ce vendredi le cabinet du ministre Geens dans un communiqué. Le guichet central pourra être activé en concertation conjointe après un attentat terroriste ou une catastrophe majeure.

Jusqu'à présent, les victimes devaient souvent s'adresser à plusieurs instances - services d'accueil des victimes, services d'aide aux victimes, Commission pour l'aide financière aux victimes d'actes intentionnels de violence, service public fédéral Sécurité sociale - afin de trouver le soutien auquel elles ont droit.

Lorsque ce guichet unique sera activable en pratique - sans doute pas avant la fin de l'année -, les victimes disposeront d'un point de contact central chargé de leur suivi. C'est le parquet fédéral qui aura la tâche d'activer ce guichet, en concertation avec les communautés et dans la foulée d'un attentat ou d'une catastrophe majeure. Chaque dossier de victime pourra se faire désigner une personne de référence chargée de guider les démarches.

Le guichet central sera accessible via différents canaux (site internet, e-mail, téléphone) et le sera aussi aux victimes non-Belges. "Il s'agit d'un pilier pour avancer", déclare Philippe Vansteenkiste, président de V-Europe, l'association pour les victimes du terrorisme. "L'accord politique est là, la feuille de route aussi, maintenant il faut mettre en œuvre toute cela et l'administration doit faire son travail. Nous restons donc attentifs, mais nous sommes satisfaits de l'avancée du processus."