NICOLAS MAETERLINCK

Kim De Gelder sera finalement interné, dix ans après ses 4 meurtres

La Chambre de protection sociale du tribunal de l'application des peines a décidé ce vendredi matin d'interner Kim De Gelder (30 ans, photo), condamné à la perpétuité pour la tuerie perpétrée en 2009 dans une crèche de Termonde (Flandre orientale). De Gelder avait aussi assassiné une femme à Vrasene peu de temps avant son intrusion dans la crèche Fabeltjesland.

Le 23 janvier 2009, Kim De Gelder ôtait la vie à deux bébés et à une puéricultrice de 54 ans, Marita Blindeman, dans la crèche Fabeltjesland (photo ci-dessous). L'auteur des faits avait également reconnu avoir assassiné Elza Van Raemdonck, 72 ans, le 16 janvier 2009 à Vrasene (Flandre orientale). La cour d'assises de Gand a condamné le jeune homme, âgé de 20 ans au moment des faits, à la perpétuité le 22 mars 2013 pour ces quatre assassinats et 25 tentatives de meurtre.

La défense avait toutefois plaidé que son client soit interné car ce dernier souffrirait de schizophrénie. Le jury avait, lui, considéré que Kim De Gelder était responsable de ses actes au moment des faits. L'état du tueur s'est depuis lors détérioré, selon son avocat Jaak Haentjens. Le condamné a changé plusieurs fois d'établissement pénitentiaire en quelques années, séjournant un temps à la prison d'Audenarde. Il est actuellement incarcéré à Gand.

Quatre experts judiciaires devaient se prononcer sur l'état psychique de Kim De Gelder. Selon le conseil de ce dernier, le tueur ne serait pas responsable de ses actes et le ministère public ne s'opposerait plus à un internement. L'affaire a été traitée la semaine dernière par la Chambre de protection sociale. L'audience a eu lieu à la prison de Gand, mais la décision était rendue au palais de justice de Gand ce vendredi.

La chambre de protection sociale ayant statué en faveur d'un internement, Kim De Gelder pourrait être placé dans un centre de psychiatrie légale. Si celui-ci estime plus tard que l'état mental du jeune homme est stabilisé, le tribunal peut décider de renvoyer le condamné en prison pour terminer d'y purger sa peine.

BELGA/WAEM