La Flandre, une des régions les plus pauvres en forêts d’Europe occidentale

Aujourd'hui, la Flandre ne compte que 140.000 hectares de forêts, cela représente environ 10% de la superficie totale de notre région. Entre le début du siècle et aujourd'hui, peu d’espaces boisés ont été ajoutés, au contraire, et aucun des 10 000 hectares d'extension forestière promis n'a été réalisé d'après Bos+. Le cabinet du ministre flamand de l'Environnement, de la Nature et de l'Agriculture Koen Van den Heuvel (CD&V) a préféré ne pas réagir.
 

Bos + est une organisation qui s’investit pour une augmentation et une amélioration des forêts. D’après son communiqué, publié jeudi, il n’y a pas eu d’avancée en superficie de forêts dans notre région depuis 2.000. De l’extension de 10.000 hectares dont il était question dans le passé, rien n'a été réalisé, ce qui amène Bos+ à la conclusion sans équivoque : "Aujourd'hui, plus que jamais, la Flandre est l'une des régions les plus pauvres en forêts d'Europe occidentale".

Bos+ se base sur une méthode de calcul différente, à savoir l'inventaire forestier.
Un deuxième cycle d'inventaire récent a montré que la superficie des forêts flamandes avait légèrement diminué par rapport à un premier inventaire réalisé il y a une vingtaine d'années. Toutefois, il ne s'agit pas d'un changement important, car l'écart se situe dans la fourchette d'erreur de 2 000 à 3 000 hectares.
"Nous ne pouvons donc pas dire avec certitude que la superficie forestière a diminué, bien qu'il y ait beaucoup de chances que ce soit le cas”.

L'Inventaire forestier flamand utilise 27.000 relevés dans toute la Flandre, selon Bert De Somviele de Bos+, et est réalisé par des personnes qui travaillent pour le gouvernement flamand. "C'est une très bonne méthode, parce qu'elle implique en fait 27 000 relevés différents. Statistiquement parlant, c'est une approche très solide."

Cette méthode de mesure est en tout cas meilleure que les méthodes utilisées ces dernières années, ajoute Bert De Somviele : "Le Guide flamand des forêts (basé sur des photos aériennes, ndlr) semblait contenir trop d'erreurs. Et la carte des bois a aussi été rapidement retirée, parce qu'elle comportait trop d'erreurs. Dans le cas de l'inventaire forestier, la marge d'erreur est beaucoup plus mince."

Bert De Somviele estime que même si nous avions pu obtenir les 10.000 hectares de zones boisées supplémentaires nous serions encore très loin des recommandations du rapport de Youth For Climate. La Belgique devrait viser pour cela 25% supplémentaire.

Cette ambition de 10 000 hectares supplémentaires reste bien en deçà de ce qui est nécessaire à notre société, selon les scientifiques. Mais j'en serais heureux de toute façon, ce serait un grand pas en avant." A titre de comparaison : 10.000 hectares supplémentaires augmenteraient le résultat flamand de 7% et le porteraient à 11%.

Le fait que notre score national soit beaucoup plus élevé est principalement dû à la Région wallonne.

Cependant, Bert Somviele reste optimiste et prend en exemple ce qui s’est fait à l'étranger : " Au cours des 20 dernières années, nous n'avons pas bougé, alors que dans les régions densément peuplées qui nous entourent, des progrès énormes ont parfois été réalisés. Aujourd'hui, les habitants de la ville de Cologne en Allemagne peuvent profiter de l'impressionnante forêt urbaine de 4.250 hectares qui, il y a 50 ans, ne faisait que 500 hectares”.