Jonas Hamers / ImageGlobe

Plus de 8 millions de Belges vont se rendre aux urnes ce dimanche

Au total près de 8,2 millions de Belges vont se rendre aux urnes ce dimanche pour les élections européennes, régionales et fédérales. Quels sont les enjeux ?

D’abord quelques chiffres :

Au total, 8.167.709 Belges iront voter demain dimanche Parmi ces électeurs de 4,8 millions d'entre eux vivent en Flandre, 588 203 à Bruxelles, près de 2,6 millions en Wallonie et 49 441 en Communauté germanophone.

Pour le vote électronique, les bureaux de vote ouvriront à 8h et fermeront à 16h. Pour le vote traditionnel ( papier et crayon) les bureaux de vote seront ouverts de 8 à 14 h.

Vote papier ou électronique ?

En Flandre, on votera électroniquement dans 157 communes soit un peu plus de la moitié d’entre elles. Dans 143 autres communes flamandes ce sera le bon vieux vote papier. En Wallonie, on votera également sur papier sauf dans les 9 communes de la Communauté germanophone. A Bruxelles, dans les 19 communes, ce sera également le vote électronique. 

Quel bilan ?

Comme les élections fédérale, régionale et européenne coïncident, le paysage politique risque bien de changer après le 26 mai.

Au niveau fédéral, le gouvernement sortant, composé de la N-VA (jusqu'à la fin de l'année dernière), du CD&V et de Open VLD et du MR comme seul parti francophone doit défendre son bilan.

"Job, job, job" était le credo du Premier ministre Charles Michel (MR) et le gouvernement en a créé effectivement un bon nombre. En outre, à la suite du taks shift, les revenus nets de nombreux Belges se sont améliorés. Mais il y a aussi des points négatifs. Par exemple, le déficit dans le budget n'a pas été comblé, le pouvoir judiciaire souffre d’un manque criant de moyens et des critiques sont formulées à l'égard de l'augmentation de l'âge légal de la pension à 67 ans. Les partis d'opposition Groen et le SP.A veulent inverser la vapeur, tandis que le président de la N-VA Bart De Wever met en garde contre un "tsunami fiscal rouge-vert" qui risque, selon lui, de déferler sur le pays depuis la Wallonie.

En effet, dans le sud du pays, le PS, Ecolo et le PTB se portent bien dans les sondages, tandis que dans le nord du pays, c'est le parti d'extrême-droite, le Vlaams Belang qui semble avoir le vent en poupe.

En Flandre un combat pour le poste de ministre président

En Flandre, on aura assisté durant la campagne électorale, à un combat des chefs” entre deux candidats ministre président; Bart De Wever, le président de la N-VA et Hilde Crevits ( CD&V) la ministre flamande de l’éducation. Au cours de la dernière législature, la N-VA et le CD&V formaient une coalition avec l’Open VLD au sein du gouvernement flamand.

L'équipe dirigée par Geert Bourgeois (N-VA) a pu présenter un budget en équilibre, a mis en œuvre une réforme de l'éducation et a injecté plus de 330 millions d'euros supplémentaires dans le secteur des personnes handicapées. Cependant, il reste encore beaucoup à faire dans le domaine de l'éducation, il y a une demande pour plus de moyens et la qualité doit être améliorée. Les listes d'attente dans le secteur de la santé n'ont pas été supprimées et les problèmes de mobilité sur les routes sont toujours bien présents. 

Près de la moitié des députés bruxellois ne siégeront plus à la Région

A Bruxelles, près de la moitié des députés bruxellois qui achèvent la législature ne siégeront plus au parlement régional, quoi qu'il arrive, après le scrutin de dimanche.

L'ancienne législature a été dominée par la mise en œuvre de la sixième réforme de l'Etat, mais on se souviendra aussi des nombreux scandales – le Samusocial, les pompiers, le Logement Molenbeekois et l'état lamentable des tunnels de la capitale – auront laissé des traces.

Le gouvernement dirigé par Rudi Vervoort (PS) avec DéFI, le CDH, l’Open VLD, le CD&V et le SP.A défend son équilibre contre une forte opposition des Verts. Ecolo et Groen représentent ensemble plus de 22 % des intentions de vote dans les derniers sondages.

Du côté néerlandophone, la N-VA et le Vlaams Belang, se portent bien.