Affaire Boël : Albert II accepte de se soumettre à un test ADN

Le roi Albert II accepte de se soumettre à un test ADN dans le cadre de l'affaire concernant la paternité de Delphine Boël. Les conclusions de cette expertise resteront strictement confidentielles jusqu'à une nouvelle décision de justice.

"Après avoir pris connaissance de l'arrêt rendu ce 16 mai par la cour d'Appel de Bruxelles, dans le respect qu'il a de l'institution judiciaire, SM le roi Albert a décidé de se soumettre à l'expertise ordonnée par la cour d'Appel", peut-on lire dans ce communiqué provenant, selon Le Soir, de l'avocat de l'ancien souverain.

Le Roi "a en outre relevé que la cour a décidé que les conclusions de cette expertise resteraient strictement confidentielles jusqu'à une nouvelle décision de justice. Les arrêts de la cour d'Appel des 7 juin et 25 octobre 2018 faisant l'objet d'un pourvoi en cassation, la démarche de SM le roi Albert se fera sous toutes réserves de ses droits en attendant que la Cour de Cassation se prononce sur son pourvoi."

La cour d'appel de Bruxelles a décidé, dans un arrêt publié le 16 mai dernier, de contraindre le roi Albert II de donner son ADN en vue de le comparer à celui de Delphine Boël, qui souhaite être reconnue comme sa fille biologique. S'il ne se soumettait pas à la décision, une astreinte de 5.000 euros par jour de retard lui aurait été imposée.

Le 25 octobre dernier, la cour d'appel de Bruxelles avait rendu un premier arrêt déclarant que Jacques Boël n'était pas le père légal de Delphine Boël.