Chargement lecteur vidéo ...

Manneken Pis urine du lait, pour sensibiliser à des prix équitables

Ce n’est pas de l’eau mais bien du lait qui sort de la fontaine à l’effigie de Manneken Pis, au cœur historique de Bruxelles, ce samedi de Journée mondiale du lait. Il a d'ailleurs revêtu le costume d'un éleveur de bétail d'Afrique de l'Ouest afin de sensibiliser le public à la situation de ces producteurs, qui souffrent des surplus de lait européen envahissant les marchés locaux. L'ONG belge Vétérinaires sans frontières, à l'origine de cette action, appelle à ne plus utiliser ces excédents, à donner un prix juste aux producteurs laitiers africains et européens et à soutenir la production locale de lait en Afrique de l'Ouest.

"En Afrique, 60% de la population vit de l'élevage et de l'agriculture", explique Josti Gadeyne de Vétérinaires sans frontières. "Le lait représente pour eux une importante source de nourriture et de revenus. Dans des territoires secs et désertiques, l'élevage est souvent le seul moyen pour survivre. Mais, en raison d'une concurrence déloyale venue d'Europe, qui déverse ses excédents sous forme de lait écrémé en poudre enrichi d'huile de palme, le lait des agriculteurs locaux ne rapporte presque plus rien".

Alors qu'une vache belge produit en moyenne 25 à 35 litres de lait par jour, une africaine en donne 2 à 3 litres dans le meilleur des cas. Pendant la saison sèche, elles produisent même moins d’un litre. Le lait en poudre européen est trois fois moins cher que celui des producteurs locaux, ce qui pousse souvent encore davantage ces éleveurs dans la pauvreté, selon l'organisation.

"Nous demandons que les excédents laitiers européens ne soient plus déversés dans les pays d'Afrique de l'Ouest", plaide Vétérinaires sans frontières. "Donnez aux producteurs laitiers d'Afrique de l'Ouest et d'Europe un prix juste. Les prix baissent d'ailleurs également en Europe en raison de la surproduction. Et soutenez la production locale, la transformation et la distribution du lait dans les pays d'Afrique de l'Ouest, car cette chaîne du lait locale est importante dans la lutte contre la faim et la pauvreté", lance l'ONG.

L'organisation soutient la production locale en Afrique en améliorant la santé et la nutrition des troupeaux. A cette fin, elle collabore avec les agriculteurs belges de la coopérative Faircoop.