Légionellose : le fabriquant de papier Stora Enso admet une possible responsabilité

Dans un communiqué de presse diffusé ce mardi, l'entreprise de fabrication de papier Stora Enso (photo), située à Gand (Flandre orientale), admet avoir été reconnue par l'agence flamande de la santé Zorg en Gezondheid comme "une source possible" du foyer de légionellose qui sévit depuis le 10 mai dans la zone le long du canal et a coûté la vie à deux personnes. Une trentaine de personnes au total ont été hospitalisées. L'enquête est toujours en cours. "Nous collaborons avec les autorités et ne pouvons pas donner d'autres commentaires pour l'instant", déclare son directeur, Chris De Hollander.

L'agence Zorg en Gezondheid avait déjà indiqué lors d'une conférence de presse fin mai que la source probable de légionellose avait été identifiée, sur base de résultats d'analyses en laboratoire. L'identité de l'entreprise n'avait pas été dévoilée au nom du respect de l'enquête en cours.

Les résultats de laboratoire définitifs sont également toujours attendus. Cependant, des patients atteints de la légionellose - comme Guy Goeminne (photo) - et des riverains de la zone du canal à Evergem (Flandre orientale) avaient appelé l’entreprise ou les entreprises probablement responsable(s) de la contamination à se faire connaître. Pour rassurer la population.

Le fabriquant de papier gantois Stora Enso a donc diffusé ce mardi un communiqué de presse dans lequel il reconnaît une "possible responsabilité" et présente ses condoléances aux victimes et leur famille.

"L'entreprise a pris des mesures, dont de l'échantillonnage et des désinfections, en étroite coopération avec les autorités et experts internationaux et nationaux", ajoute la société. Sa tour de refroidissement a été temporairement fermée pour permettre un nettoyage et une désinfection en profondeur. Elle a ensuite été remise en service, sous stricte surveillance.

Guy Goeminne
La zone du canal à Evergem BELGA