fotografie peter Hilz (C)

Les autorités lancent une enquête publique sur le plan climat belge

L'enquête publique en ligne sur le Plan national Energie Climat (PNEC) à l'horizon 2030 a été lancée, annoncent ce mardi matin les différents ministres fédéral et régionaux de l'Energie et du Climat. Durant six semaines, jusqu'au 15 juillet, cette consultation donne l'opportunité aux citoyens et aux parties prenantes de s'exprimer sur les engagements pris par les différentes autorités du pays. Celles-ci pourront ensuite adapter leurs projets et soumettre ensemble, d'ici la fin décembre, un Plan national final à l'Europe.

Le PNEC définit les lignes directrices pour la transition vers un système énergétique durable, fiable et financièrement abordable, expliquent les ministres fédérale Marie-Christine Marghem, flamands Koen Van den Heuvel et Lydia Peeters, bruxelloise Céline Fremault, et wallons Jean-Luc Crucke et Carlo Di Antonio.

Ce plan vise à la fois des objectifs ambitieux et des mesures concrètes réunies autour de cinq thèmes-clés correspondant aux cinq dimensions de l'Union européenne de l'énergie: décarbonisation (réduction des émissions de gaz à effet de serre et développement des énergies renouvelables), sécurité d'approvisionnement, marché intérieur de l'énergie, efficacité énergétique et le trio recherche, innovation et compétitivité.

Les Régions et l'Etat fédéral - chacun dans les limites de leurs compétences - présentent dans ce plan national (et dans les différents plans des entités) une série de mesures concrètes en matière de politiques énergétique et climatique.

Temps de consultation et de participation active

La consultation publique se fait via le site http://plannationalenergieclimat.be. Il est notamment possible d'envoyer des remarques générales ou complémentaires aux autorités concernées, par courriel mais aussi d'y remplir une enquête en ligne. Les quinze questions qui y sont alors posées sont essentiellement tournées vers les citoyens afin de comprendre ce qu'ils sont prêts à mettre en œuvre à leur niveau pour participer activement à la transition énergétique.

"Quels sont les incitants les plus importants pour que vous preniez plus souvent les transports en commun ? Ou pour acheter un véhicule "propre" (hydrogène ou électrique) ou encore dans le cadre de la rénovation de votre bâtiment pour une meilleure efficacité énergétique ?", sont quelques-unes de ces questions.

Il existe en outre des champs ouverts pour que les personnes puissent envoyer des informations ou remarques complémentaires à ce qui a déjà été demandé. Il faut au total une quinzaine de minutes pour répondre à l'ensemble du questionnaire. Après le 15 juillet, date de clôture de la consultation, deux à trois semaines seront nécessaires pour traiter l'ensemble des questions ouvertes et fermées, précise le cabinet de la ministre Marghem. Les résultats seront communiqués ultérieurement.

Cette enquête publique fait suite à une requête de la Commission européenne, qui a demandé à tous les États membres d'interroger leur population sur leur plan climat respectif. En Région wallonne, une enquête publique vient d'ailleurs d'être lancée sur le Plan Air Climat Energie.