Les villes et communes flamandes réclament un système de vote plus efficace

Les autorités fédérales et flamandes doivent se réunir avec les villes et communes afin de mettre en place un nouveau système de vote plus efficace pour les prochaines élections. C’est ce que fait valoir ce mardi l’Union des villes et communes flamandes (Vereniging van Vlaamse Steden en Gemeenten). Le médiateur flamand Bart Weekers plaide pour sa part pour un nombre accru de bureaux de vote électroniques.

Le médiateur Bart Weekers a reçu un nombre important de recours de personnes ne voulant pas siéger dans les bureaux de vote ou participer au dépouillement à l'occasion des élections fédérales, régionales et européennes du 26 mai dernier. Face à cette situation, le médiateur souhaite voir le vote électronique implanté sur l'ensemble de la Région, sans quoi l'organisation des élections de 2024 serait perturbée.

"Mais les machines à voter sont coûteuses à l'achat", rappelle Nathalie Debast, porte-parole de la l’Union des villes et communes flamandes (VVSG). "Elles doivent en outre être entreposés entre deux élections, entretenues et testées avant le scrutin suivant."

Lors de l'introduction du vote électronique au nord du pays en 2012, la Région flamande avait financé l'achat des ordinateurs à hauteur de 80%, le fédéral assurant les 20% restants, précise Peter Maes, responsable de la communication à l'agence flamande des affaires intérieures.

Mais ce soutien financier était unique. Les villes et communes qui ont depuis lors franchi le pas ont dû assumer elles-mêmes l'ensemble des frais. La durée de vie annoncée des machines à voter était en 2012 de 15 ans, soit jusqu'en 2027. Selon la VVSG, les autorités doivent déjà se réunir afin de travailler à l'élaboration d'un système de vote plus efficace, voire instaurer le vote par internet, comme cela se pratique déjà en Estonie.