Facebook/DominiekSneppe

Dominiek Sneppe : “Je maintiens ce que j’ai dit à propos du mariage homosexuel”

Une déclaration de Dominiek Sneppe, une nouvelle élue du Vlaams Belang, suscite depuis quelques jours de nombreuses réactions. Dans une interview accordée à un journal local, elle déclare que "le mariage homosexuel et l'adoption d'enfants par des couples LGBT vont un pont trop loin". Malgré les réactions, Dominiek Sneppe persiste et signe : “Bien que je reconnaisse avoir peut-être mal choisi mes mots, je maintiens ce que j'ai dit”, a-t-elle déclaré à la VRT ce mercredi.

Dominiek Sneppe (45 ans) est conseillère communale du Vlaams Belang à Zedelgem depuis 2006 et conseillère provinciale de Flandre occidentale depuis 2018. Elle vient d’être élue, lors des élections du 26 mai, au Parlement fédéral.

Depuis quelques jours, son interview accordée au journal local "Krant van West-Vlaanderen (journal de Flandre-occidentale) provoque de nombreuses réactions.

"Notre parti n'a rien contre les LGBT, mais bien contre l'Islam. Pourtant, pour nous, la famille traditionnelle reste la pierre angulaire de notre société. Mais nous n'avons rien contre les personnes LGBT. La seule question est de savoir s'ils peuvent se marier et adopter des enfants. Je pense que cela va un pont trop loin " déclare-telle à la fin de l‘interview.

Lorin Parys, député N-VA, lui-même homosexuel et père a posté une photo de sa famille sur Facebook avec ce message :”Allez à la rencontre de l’autre côté du pont". Interviewé à la VRT, il a qualifié les propos de Dominiek Sneppe de rétrogrades et de problématiques. "Nous ne ferons jamais de concessions à ce sujet ", a affirmé Lorin Parys. Bien qu'il souligne que les opinions sont libres. "La déclaration est sans équivoque. Elle prouve qu'il peut y avoir un faux consensus selon lequel tout le monde accepte le fait que les personnes LGBT ont des droits égaux".

Mais si lors d'éventuelles négociations gouvernementales, le Vlaams Belang devait remettre en cause les droits des holebis, "ce sera sans nous, et cela aura été de très courtes négociations", a-t-il lancé dans l'émission Terzake de la VRT.

Dans l’émission "De ochtend", ce mercredi matin, Dominiek Sneppe maintient ses propos. "L'article traitait de tout autre chose, c'était une déclaration à la fin qu'ils ont utilisée comme titre. Mais je maintiens ce que j'ai dit. Je suis une femme de 45 ans, je sais ce que je dis et c'est mon opinion personnelle. Je persiste."

"Je pense que tout le monde peut faire ce qu'il veut, tant qu'il ne fait de mal à personne", poursuit Dominiek Sneppe. "Alors si les LGBT veulent se marier, pourquoi pas. La loi l'a décidé et le parti et moi ne peuvent rien y changer. Mais je suis qui je suis. J'ai le droit d'avoir une opinion bizarre, qui n'est peut-être pas politiquement correcte, ou différente des autres opinions ?"

Dominiek Sneppe admet toutefois que ses déclarations" ont été trop loin" et qu’elle a peut-être mal choisi ses mots.

De son côté le Vlaams Belang a demandé à Dominiek Sneppe de ne plus réagir dans la presse. Le président du parti d’extrême droite Tom Van Grieken aura un entretien avec elle.

"Toutes les familles comptent"

La présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, a laissé entendre une nouvelle fois mardi qu'elle refusait de collaborer avec le parti d'extrême droite, en prenant la défense du mariage homosexuel et de l'adoption homoparentale remis en cause par la nouvelle élue du VB.

"L'amour est l'amour. Etre qui l'on veut être soi-même. Aimer qui l'on veut. Toutes les familles comptent. C'est notre valeur libérale. Nous en sommes fiers. C'est éloigné, d'une façon infranchissable, de ces idées conservatrices et extrémistes", a tweeté Gwendolyn Rutten.