Le Vlaams Belang réclame plus de diversité... d’opinions à la VRT

Après sa victoire électorale du 26 mai, le Vlaams Belang peut intégrer toute une série de conseils d'administration dans le secteur culturel, y compris celui de la VRT. Comment le parti d'extrême droite entend-il faire face à cette situation? Le député flamand Chris Janssens (Vlaams Belang) a expliqué mardi soir dans l'émission "De afspraak" (VRT) ce qu’il faudrait y changer. Sihame El Kaouakibi (Open VLD), qui a été membre du conseil d'administration de la VRT jusqu'en 2018, estime de son côté qu’il ne faut pas intégrer un conseil d'administration en adoptant une attitude négative.

Réagissant à un article dans De Morgen, Chris Janssens a estimé qu’aujourd’hui “c’est comme si nous allions dicter la conduite à tenir à la VRT ou à d’autres institutions culturelles. Or, nous allons simplement exercer notre droit démocratique comme n’importe quel autre parti” a-t-il affirmé.

Qu’est-ce que cela veut dire selon le Vlaams Belang ?

“Je pense qu’il est très important de marquer sa différence car nous constatons que l’attitude du paysage culturel et médiatique flamand se crispe dès qu’ s’agit d’adopter une attitude plus “à droite”.

“Moins faire la promotion du multiculturalisme”

"Pour de nombreux Flamands, la radio télévision publique fait trop pour promouvoir la diversité, prôner le multiculturalisme et imposer une pensée unique” estime Chris Janssens.

Selon lui, il est important de promouvoir plus de "diversité d'opinions". "Les responsables politiques de droite, ceux du Vlaams Belang, sont sous-représentés dans les programmes de la VRT", a-t-il souligné, faisait allusion aux programmes d'information et d'info-divertissement.

"Je suis parlementaire depuis 10 ans et c’est la première fois que je suis invité dans “De Afspraak”. (...) Parfois, les gens ont l'impression qu'il s'agit plutôt d'une émission concédée à Groen", ajoute encore Chris Janssens.

De son côté, Sihame El Kaouakibi (Open VLD), qui a siégé au conseil d'administration de la VRT de fin 2014 à 2018, a estimé que “le conseil d'administration n'est pas l'endroit où tout se décide. C’est au sein du Parlement flamand que les grandes lignes de l’ accord de gestion de la VRT sont définies. Le conseil d'administration, où tous les partis sont représentés, traduit ces décisions en un plan stratégique qui sera mis en oeuvre par la direction et les employés de la VRT. Le conseil d'administration n'a pas le pouvoir de décider ce que, par exemple, les journalistes peuvent dire ou ne pas dire, ou à quoi ressemblera la grille des programmes", affirme-t-elle.

Rembourser une partie de ses subventions

Chris Janssens s'est montré agacé par la présence du metteur en scène Chokri Ben Chikha dans "De afspraak" la semaine dernière. Il y avait alors déclaré que ceux qui votent pour le Vlaams Belang sont racistes. Chris Janssens se demande au nom de qui Ben Chikha pouvait affirmer une chose pareille et a rappelé que sa "petite asbl" culturelle reçoit des subventions, "à savoir de l'argent des contribuables flamands". "Je me demande, dès lors, si nous devons vraiment continuer à le subventionner. (...) S'il n'apprécie pas 18% des électeurs flamands, il devra peut-être rendre 18% de ses subventions", a menacé le parlementaire Vlaams Belang.

Contre les quotas de minorités, pour plus d'identité flamande

Le Vlaams Belang est opposé aux quotas pour les minorités à la radio télévision publique. "Je ne suis pas favorable aux quotas lorsqu'il s'agit de recruter du personnel ou de faire apparaître certaines personnes à l’écran", déclare encore Chris Janssens.

Par contre, la situation est différente pour la chanson flamande. "En tant que radiodiffuseur public, vous êtes financé par l'argent des contribuables flamands et vous devez accorder une grande attention à cette identité flamande, bien plus que ce n'est le cas actuellement".

“Les personnes d’origine immigrée, les personnes LGBT, d’autres personnes de groupes minoritaires, doivent être recrutées sur la base de leurs talents. (...) Je fais une exception pour les personnes handicapées parce que je pense qu'elles ont effectivement un désavantage concurrentiel" ajoute encore le parlementaire d’extrême-droite.

Siham El Kaouakibi a expliqué que “les quotas n’étaient pas non plus fixés par le conseil d'administration. A la VRT, il y a des objectifs chiffrés, qui figurent dans l'accord de gestion conclu entre la VRT et le Gouvernement flamand, auquel le Parlement flamand donne son approbation”.

"Au cours de la prochaine législature, le Vlaams Belang comptera trois collaborateurs permanents au sein de la commission des médias du Parlement flamand", déclare Chris Janssens. "Nous voulons y laisser notre marque. La base de notre programme électoral est le principe directeur pour nous”.

Siham El Kaouakibi, qui s’occupe de l’organisation “Let’s Go Urban”, estime que l’on siège dans un conseil d'administration d'une organisation sur base de son expertise et de sa bonne volonté pour soutenir et améliorer cette organisation. On ne devrait pas y siéger simplement pour défaire ce qui a été fait, pour essayer de forcer les choses, ou prendre des positions à partir d'images stéréotypées”.