Un assistant de l'UGent prend un avocat pour se défendre d'accusations de Dries Van Langenhove

L'assistant et doctorant à l'Université de Gand (UGent) qui est à l’origine du compte Twitter Schuld & Vrienden a pris un avocat. Il avait en effet reçu des menaces de mort après que quelques personnes aient découvert qu'il était la personne responsable de ce compte très critique du groupe nationaliste flamand Schild & Vrienden. Le meneur de ce mouvement de jeunes, Dries Van Langenhove, l'a également accusé d'avoir abusé de sa position à l’UGent pour récupérer des données personnelles de membres étudiant à l'université gantoise.

Le compte Twitter Schuld & Vrienden révélait des informations privilégiées sur le mouvement de jeunes radicaux mené par Dries Van Langenhove - cet étudiant en droit de l’UGent s'est présenté à la Chambre sur une liste du Vlaams Belang. Certains internautes anonymes du forum 4chan ont réussi à récupérer la semaine dernière l'identité et les données personnelles de la personne à l’origine de ce compte.

L'homme en question a depuis lors reçu des menaces de mort et s'est retiré des médias sociaux. Dans un message vidéo posté sur Twitter, Dries Van Langenhove a accusé l'assistant de l'UGent d'avoir "mis en ligne des données privées et bancaires, des adresses, des noms, des photos des enfants de personnes membres de Schild & Vrienden ou de proches". Selon lui, le doctorant faisait du "doxxing", à savoir mettre en ligne des données privées à des fins d'intimidation.

Pour le meneur de Schild & Vrienden, les rôles de victime et bourreau ont été inversés dans cette affaire. L'Université de Gand a, elle, souligné que le doctorant n'avait pas enfreint le règlement interne et qu'aucun problème de déontologie ne se posait. "Les tweets publiés n'impliquaient que lui. Il ne les a pas publiés au nom ou pour le compte de l'UGent. Rien n'indique qu'il a abusé de sa position d'assistant de l'UGent."

L'homme a réagi jeudi soir, une réaction "unique", a-t-il souligné. "Je voudrais répondre une seule fois aux allégations fausses et diffamatoires à mon sujet émises par Dries Van Langenhove. Tout d'abord et surtout, je souscris à la déclaration de l'UGent. Ensuite, je démens formellement tout usage ou abus de ma position d'employé de l'UGent pour accéder à des données personnelles d'étudiants" de l'université gantoise.

L'assistant a pris un avocat pour se défendre. Dries Van Langenhove avait indiqué auparavant qu'il solliciterait également un avocat dans cette affaire.