Ymke Dirikx

Pourquoi les femmes ont-elles si peu de place sur les scènes des festivals belges ?

D’après les chiffres de l’association musicale Shesaid.so, relayés par De Morgen, seul un artiste sur cinq programmé dans les festivals belges est une femme. Les performances 100% féminines ne représentent que 12% des affiches. Interrogés par le quotidien flamand, les organisateurs avancent plusieurs explications.

Selon Claïs Lemmens, de l’association Shesaid.so, de nombreux festivals ne sont pas préoccupés par l’égalité des genres. "Les programmateurs ont un rôle d’influenceur. Ils déterminent quel genre de musique le publique va découvrir. Il est dès lors dommage qu’ils n’impliquent pas consciemment et de façon proactive plus de talents féminins", commente-t-elle dans les colonnes du Morgen.

Cette année, le festival Werchter Boutique est le meilleur élève en la matière, avec 50% d’artistes femmes. A Rock Werchter, une performance sur trois est féminine. Durant le même week-end, Couleur Café accueillera 18% de femmes, soit 8% de moins que l’an dernier. Pukkelpop verra quant à lui 20% d’artistes féminines monter sur scène.

Le genre de musique semble également jouer un rôle non négligeable : seulement 10% de femmes se retrouvent ainsi à l’affiche du festival de musique techno Tomorroland, et 8% au programme de l’évènement heavy metal, Graspop.

Budget, qualité et concurrence

Les programmateurs des différents festivals avancent plusieurs explications à la situation. Selon Irène Rossi, de Couleur Café, la volonté d’avoir la meilleure affiche possible est un facteur important. Elle évoque ainsi un souci de concurrence, mais aussi de budget. "Evidemment, j’aimerais réserver un show de Beyonce, mais il faut pouvoir le payer", commente-t-elle.

De son côté, le porte-parole de Pukkelpop estime qu’il faut faire évoluer les choses sans pour autant les forcer. Il souligne que la disponibilité, la qualité et le genre de musique sont les principaux facteurs qui déterminent la programmation du festival.  

On notera enfin que si certaines femmes accèdent à la scène des festivals belges, elles se retrouvent moins souvent en tête d’affiche. "Si l’on accueille de super dames, pourquoi ne pas leur donner une place sur le podium principal ou pour une durée plus longue ?", s’interroge Claïs Lemmens de Shesaid.so. "Les programmateurs ont la responsabilité de creuser. Découvrir de nouveaux talents et les programmer est l’une des clés de leur job", conlut-elle.