Le moustique tigre voyage en voiture vers la Belgique

Le moustique tigre n’a pas encore été repéré dans notre pays cette année, du moins d’après les données recueillies par l’Institut de médecine tropicale d’Anvers. Toutefois ce n’est pas une garantie qu’il ne fera pas son apparition. En fait, il existe de nouvelles voies d’accès : le moustique tigre voyage aussi en voiture avec les automobilistes qui reviennent des régions d’Europe où ils sont implantés.

En quelques dizaines d’années, l’Aedes albopictus, une espèce originaire d’Asie n’a cessé de coloniser de nouveaux territoires européens où il est désormais  "implanté et actif".

Il est plus petit que le moustique commun de nos régions, a des pattes rayées et peut provoquer des piqûres douloureuses. Mais il est déclaré dangereux pour la population puisqu’il est potentiellement vecteur des virus Chikungunya, dengue et Zika.

Des scientifiques de l'Institut de médecine tropicale d'Anvers surveillent la présence du moustique tigre dans notre pays. En 2018, des moustiques tigres ont été découverts à 5 endroits différents. Au cours de ces recherches, les scientifiques ont découvert que les moustiques atteignent notre pays par de nouvelles voies d'accès.

"Les moustiques tigres que nous avons trouvés l'année dernière étaient sur les parkings le long des autoroutes venant de France et d'Allemagne. Les moustiques tigres font probablement le voyage en voiture depuis les régions de France et d'Allemagne où ils sont déjà implantés", explique Wim Van Bortel, coordinateur du projet de surveillance des moustiques de l'IT, à Radio 2 Anvers.

"C'était nouveau pour nous. C'était la première fois que l'espèce atteignait notre pays de cette façon. Avec les vacances qui approchent, il y a de bonnes chances que le moustique tigre se déplace à nouveau en voiture vers notre pays."

Pas d’inquiétude à avoir dans l’immédiat

"Nous n'avons pas à nous inquiéter de cela tout de suite", ajoute Wim Van Bortel. "Nous suivons cela de très près. Jusqu'à présent, nous ne parlons que de quelques larves et de quelques moustiques individuels. Ce ne sont donc pas encore de grands nombres, c'est une petite observation."

Il n'y a pas non plus de risque immédiat de propagation de maladies. "Les moustiques tigres ne sont pas dangereux en soi, mais ils peuvent être porteurs de virus. Ces agents pathogènes doivent d'abord entrer dans le pays, par exemple via des voyageurs, avant que le moustique tigre puisse devenir porteur."

Les moustiques que les scientifiques ont trouvés l'an dernier n'ont pas survécu à l'hiver. Cette année, aucun moustique tigre n'a été repéré dans notre pays, mais cela ne garantit pas qu'il ne réapparaîtra pas. "Nous avons commencé nos recherches à la mi-avril et nous les poursuivrons jusqu'à la fin de l'été ", dit Wim Van Bortel. "Il est important que nous continuions à suivre cela de très près".