Des cyclistes dénoncent le comportement déplacé de leur manager belge

Trois anciennes cyclistes de l'équipe belge Health Mate Ladies accusent leur directeur, le Belge Patrick Van Gansen (54 ans), de violences psychologiques et de comportement sexuellement inapproprié. Les trois femmes ont introduit une plainte auprès de la commission éthique de l'Union cycliste internationale (UCI).

Après une démarche similaire entreprise auprès de l'UCI par des cyclistes suédoise et française, c'est cette fois l'Israélienne Esther Meisels (23 ans, photo) qui accuse Patrick Van Gansen. Via Instagram, elle a annoncé avoir porté plainte avec ses anciennes collègues d’équipe Sara Mustonen et Chloë Turblin.

"J’ai décidé de quitter l’équipe à cause des abus et du comportement inapproprié de notre manager", indique Meisels sur Instagram. "L’UCI a déjà reçu plusieurs plaintes à son encontre et j’espère qu’elle agira. D’ici là, je prends mes distances. Ma santé mentale et l’estime de soi m’importent davantage que la course".

Meisels affirme que le manager belge a usé de sa position de pouvoir pour exiger des gestes d'affection non désirés en échange de contrats. "Il voulait toujours faire un câlin avant que j'aille dormir. Il m'embrassait souvent sur le front et me demandait de l'embrasser."

Meisels se dit inquiète pour les coureuses qui s’entrainent encore avec Van Gansen (photo). Ce dernier dément les agissements qui lui sont reprochés. Selon lui, il s'agit de propos portés par des cyclistes frustrées qui ne réalisent pas de bonnes performances.