Nicolas Maeterlinck

Le Vlaams Belang convié à un troisième entretien avec Bart De Wever

Le parti d’extrême droite Vlaams Belang a été convié par le président de la N-VA, Bart De Wever (photo, à g.), à une troisième réunion dans la perspective de la formation d'un gouvernement flamand. C’est ce qu’a confirmé le porte-parole du parti ce mercredi, sans précision de date. Depuis le lendemain des élections régionales du 26 mai, le président du plus grand parti de Flandre mène des discussions avec divers partis.

Le bourgmestre d'Anvers a déjà tenu deux tours de consultations avec les partis représentés au Parlement flamand. Il avait seulement écarté le PVDA à l'issue du premier tour. Pour l’instant, les partis restent tous discrets sur le déroulement de ces négociations.

La N-VA affirme vouloir sonder jusqu’où le Vlaams Belang est prêt à aller pour siéger dans une coalition. Mais la position du parti nationaliste vis-à-vis du parti d’extrême droite est de plus en plus floue.

L’ancien président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA) avait en effet déclaré dimanche dans l’émission "De Zevende Dag" (VRT) que son parti ne voulait pas diriger la Flandre avec le Vlaams Belang, notamment à cause des opinions de son homme fort anversois, Filip Dewinter (VB). L’ancien Secrétaire d’Etat à la Migration, Theo Francken, avait par contre déclaré dans un autre média qu’il n’exclue pas un cabinet minoritaire avec un autre parti, soutenu par le Vlaams Belang depuis le Parlement.

La N-VA et le Vlaams Belang ne disposent pas de suffisamment de députés pour former un gouvernement flamand reposant sur une majorité parlementaire. Il leur manque 5 sièges. Et jusqu'à présent aucun autre parti flamand ne s'est montré enclin à vouloir s’allier au Vlaams Belang et rompre ainsi le cordon sanitaire qui empêche la formation d'extrême-droite d'accéder au pouvoir.