Photo d'archives.

Le Belang aux côtés de Marine Le Pen pour présenter leur nouveau groupe au Parlement européen

Le groupe d’extrême droite du Parlement européen, dont le Vlaams Belang fait partie, a présenté ce jeudi son nouveau nom. La fraction politique s’appellera désormais Identité et Démocratie (ID). Elle compte 73 élus, dont 28 provenant de la Ligue italienne de Matteo Salvini.

Si Marine Le Pen ne siège plus au Parlement européen, elle était toutefois venue présenter le nouveau groupe. Celui-ci rassemble les élus de neuf partis eurosceptiques. Il bénéficie en particulier de la poussée de la Ligue italienne de Matteo Salvini, qui lui fournit son nouveau président en la personne de Marco Zanni. Outre l'importante délégation française du Rassemblement national (22 sièges), ID a aussi attiré le parti d'extrême droite allemand AfD (11 sièges). Le Vlaams Belang lui apporte ses trois élus.

"Il était temps de nous ouvrir à la nouvelle ère que nous représentons", a déclaré l’eurodéputé Vlaams Belang, Gerolf Annemans. "C’est ce que nous avons fait en proposant un nouveau projet, un nouveau concept et en donnant un nouveau nom à ce que Salvini a mis en place, en l’occurrence un grand groupe européen constitué de partis qui gouvernent, et qui vont nous rapprocher de cette nouvelle ère", a-t-il ajouté.

Gerolf Annemans indique vouloir poursuivre sa collaboration avec le président Hongrois Viktor Orban, dont la formation a rejoint le groupe du Parti Populaire (PPE). Il se dit également ouvert à accueillir le Brexit Party de Nigel Farage, même si ce dernier a jusqu’ici exclu cette possibilité. "L’idée est de faire progresser les idées que nous défendons", a-t-il souligné.

Identité et Démocratie ne souhaite pas la disparition de l’Union européenne, mais désire la modifier radicalement de l’intérieur, en offrant davantage de pouvoir aux Etats-membres. "L'Europe doit changer d'attitude sur trois thèmes : la sécurité intérieure, la migration et la politique économique", a affirmé Marco Zanni, se disant prêt à travailler et faire des propositions sur ces sujets.

De son côté, Marine Le Pen a reconnu que des "sensibilités différentes" existaient sur certaines thématiques au sein du groupe, tout en affirmant qu'il y avait "une vision commune sur les grands sujets".

Avec 73 élus sur 751, ID devrait devenir la cinquième formation politique du Parlement européen, derrière les chrétiens-démocrates du PPE, les socialistes et sociaux-démocrates du S&D, les libéraux et macroniens de "Renew Europe" (ex-ALDE) et les Verts-ALE.