Nicolas Maeterlinck

De plus en plus de conducteurs étrangers flashés et verbalisés dans notre pays

Plus de 427.000 conducteurs étrangers ont été flashés l'an passé en Belgique, un nombre en forte augmentation par rapport aux années précédentes, rapporte samedi le journal De Tijd.

En 2018, 3,74 millions de pv ont été dressés pour excès de vitesse en Belgique, dont 427.859 sont à mettre sur le compte de conducteurs étrangers, selon des chiffres communiqués par le ministre des Transports François Bellot (MR) au parlementaire libéral Emmanuel Burton.

En 2017, seuls 264.887 conducteurs étrangers avaient été flashés.
Cette hausse découle notamment de la collaboration efficace entre les différents Etats européens qui permet une identification des contrevenants et l'envoi des PV, a expliqué François Bellot.

La plupart des contrevenants viennent des Pays-Bas, de France, d'Allemagne, du Grand-duché de Luxembourg, de Pologne, de Roumanie, d'Italie, d'Espagne, de Bulgarie et de République tchèque. Selon Edward Landtsheere, porte-parole du Service public fédéral Justice, la coopération européenne rend de plus en plus difficile pour eux d'échapper à la sanction.

"Nous partageons les informations sur les plaques minéralogiques entre les pays européens via la base de données Eucaris. De cette façon, le policier peut facilement identifier le contrevenant ", dit-il. Le Ministère de la justice poursuit également le délinquant par le biais d'un système automatisé. "Il reçoit une lettre dans sa propre langue nationale et peut payer via un site web. Cette approche personnelle nous permet de constater que la poursuite des conducteurs étrangers est plus efficace. L'intention est que personne ne puisse échapper à leur amende."

Quatre contrevenants étrangers sur cinq paient volontairement leur amende. "Si, en tant que gouvernement belge, nous ne percevons pas l'amende, nous la transférons dans le pays d'origine. Il s'agit alors d'essayer de recouvrer l'amende auprès du contrevenant étranger."