John Crombez (SP.A) obtient une dérogation à sa propre interdiction de cumul

Le président du SP.A John Crombez a demandé, et obtenu, une dérogation à l'interdiction de cumul des mandats, ce qui lui permet de conserver temporairement son siège à la Chambre tout en présidant le parti socialiste au nord du pays. L’information est se trouve dans les journaux Het laatste Nieuws et De Morgen samedi.

Depuis une série de scandales, dont celui lié à Publipart, les mandataires SP.A ne peuvent plus gagner plus de 6.600 euros net par mois et ne peuvent plus cumuler leur siège de député avec un mandat exécutif local ou avec la présidence du parti.
John Crombez a toutefois demandé une dérogation afin de cumuler la présidence du SP.A et son siège à la Chambre où il a obtenu 55.000 voix de préférence.

Cette dérogation lui ayant été accordée, il présidera le parti socialiste flamand jusqu'aux élections internes, prévues à l'automne prochain. Durant cette période, il ne touchera cependant qu’un seul salaire celui de parlementaire.

Une situation très temporaire

"C'est une situation très temporaire", a déclaré John Crombez dans "De ochtend" sur Radio 1 (VRT). "Je serai député à partir de la semaine prochaine, avec une indemnité comme les autres. Pendant ce temps, les nouveaux groupes doivent s'installer. Un élu sur trois est un nouveau grâce à cette interdiction de cumul, ils doivent être installés dans leur fonction et accompagnés. C’est parce que c'est très temporaire que c'est aussi possible de le faire."

En tout état de cause, John Crombez devra bientôt choisir entre les deux mandats. Il déclare qu'il ne sait pas encore s'il veut redevenir candidat président. "Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour y penser. D'ici quelques semaines, il y aura un appel des candidatures. Je vais prochainement rencontrer quelques personnes à ce sujet"

John Crombez a encore reconnu le fait que son parti n’avait pas réussi, lors des dernières élections, à susciter un engouement positif auprès de la population à un moment où règne le négativisme. Il ajoute que son parti examine actuellement en interne et en toute discrétion ce qu’il y a lieu de changer.

Et quand il s'agit d'une éventuelle participation à un futur gouvernement, il préfère adopter un profil bas. "C'est aux partis qui ont obtenu le plus de voix qu'il appartient de trouver une solution pour qu’un gouvernement se forme assez rapidement".

Le SP.A ne demande pas à rejoindre un gouvernement, mais John Crombez ne veut pas non plus exclure cette participation. "Je ne dirai rien qui puisse rendre les choses plus difficiles. Le CDH l'a fait et cela a rendu les choses beaucoup plus difficiles."