Un nombre record de Bruxellois se sont installés en Flandre en 2018

L'an dernier, 21.700 Bruxellois se sont installés en Flandre. C'est un record, et 2,5 fois plus que le nombre de Flamands qui font le mouvement inverse. L’information est donnée par le quotidien Het Belang van Limburg, ce mercredi, sur la base des chiffres du SPF Intérieur, analysé par l'association de professionnels de l’immobilier CIB Vlaanderen.

En 2018, un nombre record de 21.700 Bruxellois se sont installés en Flandre. Inversement, seules 8.611 Flamands ont quitté leur région pour déménager à Bruxelles. Ajoutez à cela les Wallons qui se sont installés en Flandre (8.848 en 2018) et vous arrivez à plus de 30.548 personnes. Presque deux fois plus que le nombre de Flamands qui ont déménagé dans une autre région l'année dernière (16.153).

Une différence de 14 395 personnes. Il y a dix ans, ils n’étaient que 6 617.

Selon Kristophe Thijs de CIB Flandre, il n'y a pas qu’une seule explication à la popularité de la Flandre auprès des Wallons et des Bruxellois. "Les habitants des communes les plus chères de la Région bruxelloise, comme Woluwe, Auderghem et Watermael-Boitsfort, par exemple, cherchent souvent refuge dans la périphérie flamande de Bruxelles. Ils y trouvent un bon rapport qualité-prix et, en plus, une bonne connexion avec la capitale. D'autres facilités jouent également un rôle important."

Selon Kristophe Thijs, il y a aussi des facteurs fiscaux. Depuis le 1er juin 2018, un nouveau tarif global est entré en vigueur, en Flandre, pour les droits d’enregistrement, à savoir la taxe que vous devez payer lors de l’achat d’un logement. Cette taxe est à présent de 7% pour l’acquisition de tout logement familial. Auparavant, les propriétaires d’une maison modeste payaient 5% pour "petits frais d’actes" alors qu’il fallait payer 10% pour les autres biens avec le régime "grand frais d’acte".

Cette différence est à présent supprimée. "Il est peu probable que cette réduction se fasse déjà sentir. Mais la concurrence fiscale entre les régions est une réalité depuis un certain temps déjà, et la périphérie flamande autour de Bruxelles est en quelque sorte l’arène.

Les plus consultés