Yorick Jansens

Frère et sœur néerlandais à l’origine du festival Vestiville placés sous mandat d’arrêt

L'organisateur néerlandais du festival Vestiville, annulé à Lommel (Limbourg) en dernière minute vendredi, a été placé sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction de Hasselt. C’est ce qu’a indiqué ce dimanche son avocat. La sœur du Néerlandais d’origine cambodgienne a également été placée sous mandat d’arrêt par la justice limbourgeoise. L'interrogatoire de leur associé britannique a été interrompu en raison d'une demande de devoirs d'enquête supplémentaire.

Les organisateurs du tout nouveau festival hip-hop ont été arrêtés en Belgique vendredi et sont soupçonnés de faux en écriture, escroquerie et abus de confiance. Le juge d’instruction a décidé, à la suite de leur audition, de les placer sous mandat d’arrêt pour pouvoir les maintenir encore 48 heures en prison. La justice craint sinon que les deux Néerlandais ne lui échappent à l’étranger et tentent d’éliminer des éventuelles preuves de leur fraude.

La fraude au préjudice des fournisseurs pourrait se chiffrer en centaines de milliers d'euros. Ils auraient notamment fait usage de fausses factures.

"Tout ce que je peux dire, c’est que mon client a très bien collaboré avec la justice et que son but unique était d’organiser le festival", indiquait l’avocat Joke Feytons dans une courte réaction à VRT NWS. La justice doit encore décider ce dimanche si elle veut prolonger la détention du Britannique.

Faillite aux Pays-Bas

Vestiville devait avoir lieu pour la première fois en Belgique ce week-end, mais le bourgmestre de Lommel décidait in extremis d’annuler le festival pour des raisons de sécurité. Les issues de secours et les podiums n’étaient notamment pas en règle, tout comme un certain nombre d’autres aspects de sécurité.

Le rapper ASap Rocky, l’un des grands noms figurant à l’affiche, avait fait savoir peu avant le début du festival qu’il ne s’y produirait pas, sa propre sécurité et celle du public ne pouvant être garantie.

Les deux jeunes organisateurs néerlandais ont déjà monté par le passé des festivals similaires, sous le nom de Vestival. Ils ont pu avoir lieu, malgré une organisation entachée d’amateurisme.

La petite entreprise néerlandaise soutenant Vestival a fait faillite au bout de deux éditions, notamment par manque d’expérience dans l’organisation de tel événements et suite à des erreurs de planification budgétaire et de comptabilité. C’est en tous cas ce qu’indique le rapport de faillite qu’a pu consulter la VRT.

Yorick Jansens