Départ d’un premier train direct, affrété par Volvo, de Gand vers la Chine

Ce jeudi après-midi, un train direct transportant des voitures Volvo partira de Gand vers la Chine. Désormais le constructeur automobile suédois utilisera la liaison ferroviaire directe entre le North Sea Port et le port chinois de Xi’an deux fois par semaine, soit 100 trains par an.

Le premier train direct en provenance de Chine est arrivé cette semaine au Mercatordok à Gand. Il transportait 190 Volvo du modèle XC60.

Ce même train va à présent faire le trajet retour avec un chargement de 190 voitures jusqu’à Xi’an, une ville portuaire située à plus de 1.000 Km de Pékin. C’est la première liaison directe entre le North Sea Port (la fusion du port de Gand et des ports de Zélande Terneuzen et Vlissigen) et la Chine.

Plus de détour par Zeebrugge

Jusqu'à présent, Volvo Cars, mais aussi d'autres entreprises de la zone portuaire gantoise, devaient d’abord se rendre à Zeebrugge ou à Anvers pour charger leur marchandises dans un train direct vers la Chine. Désormais, ce détour ne sera plus nécessaire.

Le train entre le North Sea Port et Xi'an, via la Pologne, prendra 22 jours. "Comparé au transport par bateau ou par route, le délai de livraison aux clients en Chine sera réduit de moitié ", déclare Stefan Fesser, CEO de Volvo Cars à Gand.

5.000 camions en moins sur les routes

Volvo Cars utilise de plus en plus les chemins de fer. Depuis février, deux trains par semaine partent de Gand pour Milan et retour. Depuis avril 2018, le constructeur automobile utilise également deux fois par semaine la liaison ferroviaire entre le port de Zeebrugge et Schwertberg en Autriche.

La nouvelle liaison directe vers la Chine représente quelque 5 000 camions de moins sur les routes. Les voitures devront être transbordés plusieurs fois en cours de route parce que ce train traverse des pays où différentes largeurs de voie sont utilisées.

Anvers – Chine

L'an dernier, il avait été annoncé qu'un train de marchandises direct circulerait une à deux fois par mois entre le port d'Anvers et la Chine.

Mais après un premier voyage, cela ne s'est plus reproduit. Il existe cependant des transports indirects quotidiens via différentes gares intermédiaires en Europe de l'Est.