La N-VA propose Wilfried Vandaele comme nouveau président du Parlement flamand

Le Bureau élargi du Parlement flamand a proposé Wilfried Vandaele (N-VA)  comme nouveau président temporaire du Parlement flamand. Il devrait succéder à Kris Van Dijck qui a démissionné de sa fonction ce jeudi. Ce sera à l’assemblée plénière de confirmer cette nomination ce samedi à 11 heures.

La N-VA avait annoncé auparavant avoir proposé Wilfried Vandaele, l'actuel bourgmestre de la commune côtière du Coq, comme président du parlement flamand pour succéder à Kris Van Dijck, qui a démissionné jeudi après que sa réputation eut été sérieusement écornée.

La démission de Kris Van Dick( N-VA) avait entraîné l’arrivée du premier vice-président, le Vlaams Belang Filip Dewinter au perchoir de l’assemblée.

Le parlementaire libéral flamand et bourgmestre de Malines Bart Somers avait estimé que Filip Dewinter comme président du Parlement flamand était "un très mauvais signal pour la Flandre".
 

Mais qui est Wilfried Vandaele ?

Né il y a 60 ans dans le village de Vlissegem, dans la commune côtière du Coq en Flandre occidentale, Wilfried Vandaele est licencié en philologie germanique et en communication et journalisme de l'université de Gand.

Pendant 10 ans entre 1984 et 1994, il fut le secrétaire général de l'Algemeen-Nederlands Congres (ANC), une plate-forme politico-culturelle d'associations et d'institutions flamandes et néerlandaises. Il gardera de cette époque des liens étroits avec les Pays-Bas et participa en 1995 à la rédaction du traité culturel entre la Flandre et ce pays. Il deviendra le secrétaire général à la demande du ministre-président flamand de l'époque, Luc Van den Brande (CD&V).

Pour tous ces bons services, la reine Beatrix des Pays-Bas lui décerna en 1996 le titre d'officier de l'Ordre d'Orange-Nassau. Après sa période ANC, Wilfried Vandaele devint, de 1994 à 1998, le porte-parole de la Vlaamse Milieumaatschappij (VMM), l'agence flamande de l'environnement. Il garde cette conscience verte au sein de la N-VA, où il est considéré comme tel à l'instar d'un Jan Peumans, ex-président du Parlement flamand.

Son parcours politique, Wilfried Vandaele l'a entamé en 1979 à la Volksunie. Il co-fonda en 1982 la liste communale "De Haan 2000", qui s'appellera plus tard "Samen" ("Ensemble"). Il siège depuis 1988 au conseil communal de la cité balnéaire, où il devint échevin en 2006 (jusqu'en 2012), avant de ravir l'écharpe mayorale en octobre dernier.

C'est à l'issue des élections de 2009 que Wilfried Vandaele entra au parlement flamand, en tant que suppléant de Geert Bourgeois. Il s'y est surtout occupé des dossiers culturels, médiatiques et environnementaux. L'homme a pu aussi se montrer critique envers la majorité gouvernementale qu'il soutenait, comme lorsqu'il offrit une hache à la ministre de l'Environnement Joke Schauvliege (CD&V) afin qu'elle "tranche" dans le dossier de la protection des bois et forêts menacés.

Wilfried Vandaele connaît bien le fonctionnement du parlement flamand: il a siégé au bureau, l'organe de gestion de l'institution, entre 2014 et le 18 juin dernier. Il fut aussi sénateur de Communauté de 2013 à 2018.