(c) Nico Vereecken / PhotoNews

Thomas De Gendt s'impose en solitaire dans la 8è étape du Tour

Notre compatriote Thomas De Gendt (Lotto Soudal) a signé samedi la deuxième victoire d'étape belge dans ce 106e Tour de France au terme d'une échappée marathon partie dès le départ et menée jusqu'à l'arrivée. "J'ai cru tout au long de la journée en un bon résultat. J'ai fait tout mon possible et aujourd'hui, j'ai eu de bonnes jambes" a-t-il déclaré. à l'issue de la course à Saint-Etienne.

 

De Gendt et ses trois compagnons d'échappée n'ont jamais distancé le peloton de plus de cinq minutes mais cela a suffi au spécialiste des échappées fleuves pour l'emporter. "Avec encore deux ascensions à grimper, nous avons commencé à rouler plus vite. (Ben) King et (Niki) Terpstra ont baissé le rythme. Il ne restait plus que (Alessandro) De Marchi et moi. Nous avons continué à rouler à fond, jusqu'à la dernière montée. Mais le peloton s'est rapproché, donc j'ai dû faire cavalier seul pour rester devant. J'avais juste assez d'avance. Encore cinq ou dix secondes", a-t-il déclaré lors d'une interview flash.

Selon ses propres termes, De Gendt a pleinement cru en ses chances: "J'ai eu une très bonne journée. J'avais un très bon pressentiment pendant toute l'étape, donc j'y ai cru toute la journée. Mais nous n'avons eu qu'une avance de cinq minutes, et cela a rapidement chuté à 3:30, donc nous n'avons pas trop insisté. Jusqu'à ce que nous apprenions que les premiers coureurs à l'avant du peloton commencent à faiblir. C'était le moment d'essayer de s'envoler. Lorsque nous avons eu quatre minutes, j'ai vraiment commencé à y croire. Nous ne sommes pas tombés alors que nous prenions des risques. Mais cela procurait tant de douleurs."

Lotto Soudal a réussi à concrétiser, ce que la formation belge n'avait pas été en mesure de faire vendredi. "L'équipe était ici pour remporter une étape. Hier, nous étions déjà très proche avec Caleb (Ewan, 2e à Chalon-sur-Saône), et aujourd'hui était un jour pour moi, où j'ai pu saisir ma chance. J'ai un bon pressentiment depuis le début du Tour, et aujourd'hui, j'ai eu de super jambes."

"Cette victoire est plus belle que celle sur le Ventoux"

Je préfère cette victoire d'étape à celle du Mont Ventoux (en 2016, ndlr)", a-t-il déclaré. "C'était une étape raccourcie, avec l'arrivée au Chalet Reynard. Là nous nous sommes battus 200 kilomètres et je m'impose avec quelques secondes d'avance. Pour moi, c'est plus important qu'une étape de montagne. C'est sûr et certain. Je ne gagne pas souvent, mais quand je gagne, c'est souvent après un beau numéro."

"Je m'attendais à ce qu'il y ait beaucoup plus de batailles pour entrer dans l'échappée matinale", a-t-il déclaré par la suite. "Parce que tout le monde savait qu'il y avait des chances que l'échappée dure jusqu'à la fin. Étonnamment, la première attaque s'est avérée être la bonne. C'était une bonne chose, parce que de cette façon, je n'ai pas gaspillé trop d'énergie et cela pouvait s'avérer utile à la fin. Au début, nous n'étions que trois, heureusement un quatrième coureur nous a rejoints."

(c) Nico Vereecken / PhotoNews
2019 Getty Images