"Une zone 30 généralisée dans toute la Région de Bruxelles est réaliste"

Dans l’accord de gouvernement bruxellois concocté par les négociateurs socialistes, écologistes, Défi et Open VLD figure la création, pour le 1er janvier 2021, d'une zone 30 généralisée, à l'exception des voiries structurantes. C’est le journal Le Soir qui l’a révélé. Ce accord devrait être approuvé dans le courant de la semaine prochaine. Selon Cathy Macharis, professeure de mobilité à la VUB, "cette mesure est réaliste".

Selon Le Soir, le projet d'accord de coalition bruxellois est clair : dans un an et demi, la limitation de vitesse maximale dans toute la Région bruxelloise sera de 30 km/h. Dans toutes les rues, à l'exception des principales routes régionales et du ring.

"C'est réaliste", a déclaré ce dimanche matin, Cathy Macharis, professeur à la VUB, dans "De ochtend" (VRT).

"A Schaerbeek, il y a déjà une zone 30 km/h depuis septembre de l'année dernière. Bien que nous puissions constater qu'il y a encore beaucoup d'accidents au cours de ces derniers mois. Un conducteur sur trois roule encore à plus de 30 km/h, certains vont même jusqu'à 70 à 80 km/h."

"Cela peut fonctionner s'il y a suffisamment de contrôles et s’il y a des investissements dans l’infrastructure", ajoute Cathy Macharis.

"Mais cela semble avoir été pris en compte dans l'accord de coalition ", ajoute-t-elle. "En outre, il y aurait également davantage d'investissements dans les transports publics et la possibilité de rendre les transports publics gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans et les personnes âgées de plus de 65 ans".

"Cela, en combinaison avec d’autres moyens de transport partagés qui existent déjà - les voitures, les trottinettes électriques et les vélos - signifie que vous n'aurez plus vraiment besoin de posséder votre propre voiture à Bruxelles. Et ce serait certainement bon pour le climat, car l'introduction de la zone des 30 km/h n'a rien à voir avec le climat. Cela ne servira qu'à rendre la ville plus vivable".

"La région de Bruxelles montre qu'elle opte pour plus de place pour les piétons et les cyclistes et ne fait plus passer la voiture en premier plan."

Enfin, l’interdiction en 2030 de toutes les voitures diesel est également confirmée. Cela peut paraître rapide, mais selon la professeure, c'est "absolument nécessaire" pour atteindre nos objectifs climatiques. "Il y a beaucoup d'investissements dans des alternatives. Si vous, en tant que citoyen, on vous propose des alternatives, alors cela pourrait même être moins cher pour vous. En tout cas, ne rien faire nous coûterait beaucoup plus cher."