Un document de l’OTAN l’affirme noir sur blanc: Kleine Brogel abrite bel et bien des armes nucléaires

La base militaire aérienne de Kleine Brogel, située dans le Limbourg, abrite bel et bien des armes nucléaires américaines. C’est ce que confirme un document public de l’OTAN que la rédaction de la VRT a pu consulter. D’après ce rapport, distribué en avril dernier aux membres de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, les États-Unis déploient environ 150 armes nucléaires dans six bases militaires en Europe et en Turquie.

Le document en question concerne le renouvellement des armes nucléaires américaines en Europe. Il a été présenté aux parlementaires des différents pays membres de l’OTAN. Le député de Groen, Wouter De Vriendt, a ainsi reçu le texte en mains. Une nouvelle version du rapport a toutefois été mise en ligne jeudi dernier.

Le rapport non classifié nomme les différentes bases militaires où se trouvent environ 150 armes nucléaires américaines. Outre la Belgique, l’Italie, l’Allemagne, la Turquie, et les Pays-Bas abritent également des ogives nucléaires, principalement des bombes gravitationnelles B61.

(Lire la suite plus bas.)

Des armes adaptées aux F-35

D’après le rapport, l’achat de 34 nouveaux avions de chasse F-35 par la Belgique entre dans la stratégie de renouvellement des armes atomiques de l’OTAN. Les anciens F-16 étaient, eux-aussi, équipés pour les transporter. Le document pointe également le fait que les Pays-Bas et l’Italie ont également opté pour le F-35.

De tous les candidats à la succession de F-16 belges, seul le F-35 pouvait être armé d’ogives américaines. Une capacité que le gouvernement fédéral avait considéré comme étant "un plus" lors de sa prise de décision.

Un secret de polichinelle

La présence, depuis des dizaines d’années, de ces armes sur le sol belge est sans doute le secret d'État le moins bien gardé du pays. La réaction du gouvernement et de la Défense est toutefois toujours la même: on ne confirme pas et on n'infirme pas non plus.

Il y a deux ans, la rédaction de la VRT avait déjà mis la main sur des documents internes de la Défense, établissant la présence d’armes nucléaires dans le Limbourg.

Contrairement à d’autres pays abritant de telles armes, aucun débat sur le sujet n’est mené en Belgique, alors que les positions politiques divergent fortement.

Un danger ou une garantie ?

D’après les opposants à la présence d’armes atomiques en Belgique, ces bombes devraient être interdites car au vu de leur puissance, leur utilisation entraînerait systématiquement des victimes civiles. Par ailleurs, le renouvellement de l’arsenal tel que celui de Kleine Brogel coûterait à lui seul entre 6 et 9 milliards d’euros.

De leur côté, les partisans soulignent qu’aucune puissance nucléaire n’envisage aujourd’hui de se désarmer, et que l’équilibre actuel entre les différents pays possédant l’arme nucléaire apporte une forme de stabilité, et permet donc d’éviter une guerre.

D’après les sources de la VRT, la présence d’armes nucléaires en Belgique ne coûte quasi rien à notre pays, les militaires américains étant chargés de mener une surveillance supplémentaire au sein de la base de Kleine Brogel. "Si notre pays n’abritait pas ces armes, nous devrions alors dépenser davantage pour la défense", indique un ancien ministre de la Défense à notre rédaction.