Privés d’eau, les agriculteurs de Flandre occidentale s’approvisionnent en Wallonie

Le transfert financier nord-sud est régulièrement évoqué dans le cadre des dissensions communautaires. Une autre sorte de transfert a toutefois lieu dans le sens inverse : celui de l’eau. Depuis quelques jours, la ville de Comines-Warneton voit défiler des tracteurs d’agriculteurs flamands. Une situation directement liée à l’interdiction de pomper l’eau à plusieurs endroits du nord du pays.

L’interdiction de capter l’eau a été décrétée il y a quelques jours à la suite de la sécheresse qui sévit dans la région. En Wallonie, aucune mesure particulière n’a encore été décidée.

A Comines-Warneton, dans le Hainaut, les habitants voient dès lors affluer un grand nombre d’agriculteurs venus de Flandre occidentale. Ces derniers s’y rendent pour s’approvisionner dans l’exclave wallonne, proche de la frontière française.

"Les agriculteurs flamands n’ont d’autre choix que de se rendre du côté wallon, où un arrêté de police nous permet de pomper l’eau", explique la bourgmestre Alice Leeuwerck (MR) à nos collègues de la RTBF. La captation de l’eau est uniquement autorisée entre 7h et 19h afin de ne pas déranger les riverains.

L’eau de Comines-Warneton provient de la Lys. D’après Alice Leeuwerck, la permission de pompage ne sera toutefois plus en vigueur pour longtemps, le niveau maximal de captation étant presque atteint.