De nouvelles explosions à Anvers, éventuellement de grenades

L’incident s’est produit dans la nuit de dimanche à lundi, vers 3h15, dans la Marsstraat, dans le district anversois de Berchem. Des témoins ont entendu deux explosions. Il pourrait s’agir de grenades. Six voitures et deux façades de maisons ont été endommagées. La rue a été momentanément fermée à la circulation. La police fédérale judiciaire a lancé une enquête. L’incident pourrait être lié aux explosions survenues la semaine dernière à Willebroek et au Parc Den Brandt, dans la province anversoise.

A son arrivée, la police a constaté deux impacts probables sur le trottoir dans la Marsstraat à Berchem, indiquait Willem Migom, porte-parole de la police anversoise. "Le laboratoire de la police judiciaire et le Service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs (SEDEE) de l’armée ont été dépêchés sur place, afin de s’assurer qu’il n’y avait pas d’autres explosifs sur les lieux ". Un chien renifleur a également été envoyé sur place.

Six véhicules ont été endommagées par les déflagrations. La plupart n’ont que des dégâts à la carrosserie. Les vitres se sont cassées lors de l’explosion. Les façades de deux maisons sont également légèrement endommagées.

Troisième incident en une semaine

Ces derniers mois, Anvers est régulièrement le théâtre d’explosion de grenades. Au début de la semaine dernière, le feu a été bouté à un bâtiment du château De Brandt à Wilrijk (photo). Une grenade y avait été retrouvée.

Quelques jours plus tard, un engin explosif a été posé dans le restaurant du château. Il pourrait s’agir à nouveau d’une grenade. Le lundi d’avant, une grenade avait été jetée dans un bar à chicha à Willebroek, en région anversoise.

Et il y a quelques mois, une vague d’explosions avaient eu lieu dans les environs du Parc Spoor Noord.

Pas de réaction de l’administration communale

Ce matin, l’administration communale anversoise n’avait pas encore réagi officiellement à l’incident à Berchem. La seule réaction provenait du parti d’opposition Vlaams Belang. Filip Dewinter (VB) réclame une réunion avancée du conseil communal - qui ne devrait normalement se rassembler que fin septembre -, ou du moins de sa commission Sécurité.

"La maffia des stupéfiants joue la provocation à Anvers. Elle défie la police et les autorités avec ce type d’attaques. Le conseil communal doit d’urgence se pencher sur le problème", estime Dewinter.

"Je pense que l’administration doit être mise sous pression pour qu’elle prenne des mesures adaptées". Filip Dewinter propose davantage de contrôles de police, une surveillance caméra, et la fermeture préventive de certains bâtiments.